Skip to content

Une Eglise sans enfants

7 octobre 2012

Aujourd’hui, nous avons voulu aller à la messe à la chapelle de la Médaille miraculeuse. Nous, c’est-à-dire, une amie, Fistonchéri, Bellefillechérie, leur fille de neuf mois et Marichéri. Nous le faisons assez régulièrement

Enfin, ça c’était notre projet. Sauf que notre petite fille n’a pas été autorisée à entrer : c’est un bébé, donc elle risque de bouger, de pleurer, de faire des bruits, bref d’être gênante. Donc son père est resté dehors avec sa fille. Moi aussi, du coup !

C’est inacceptable ! Il y a, je le sais de nombreuses églises (dans les grandes villes)  qui ostracisent les enfants pour des tas de bonnes raisons. Et nous le savons tous, l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Quand vous allez à des mariages, il est facile de reconnaître les enfants qui ont l’habitude de la messe : ils ne courent pas dans tous les sens, se lèvent comme tout le monde, s’assoient en même temps que les adultes, ne parlent pas et ne demandent pas tout le temps quand ce sera fini ! Les autres, chapitrés ou non par leurs parents ne tiennent pas en place.

Alors les paroisses des grandes villes ont inventé, probablement pour éviter tous ces mouvements, les messes des familles. En réalité des messes pour crétins. Tout y est « simple » les chants, paroles et mélodies et le sermon ! Au lieu que le sermon soit fait pour des adultes, à charge pour les parents d’expliquer à leurs enfants ce qu’ils n’auraient pas compris d’un sermon pour adulte, ce sont des sermons « pour enfants » et j’imagine que c’est aux enfants d’expliquer aux parents ce qu’ils n’ont pas compris…

Il y a aussi des paroisses qui laissent les enfants avec les parents sauf pendant la liturgie de la parole : des bénévoles récupèrent les enfants et les distraient pendant cette partie de la messe puis les ramènent pour l’Eucharistie. Mieux déjà.

Mais dans quel monde vivons-nous si même les catholiques pratiquants, les 4,5 % de français qui vont à la messe une fois par mois (?!) séparent les familles avec enfants des familles sans enfants, séparent les familles, du coup séparent les vieux des jeunes, les jeunes des moins jeunes ? Déjà, la maladie, l’hôpital, la prison, l’éloignement, sont des motifs de séparation et les paroisses en inventent d’autres !

Notre religion est faite de ceux qui veulent suivre un homme, le Fils de Dieu, qui est venu et qui entre autres milliers de choses a tout fait pour éviter les clivages : juif, il a mangé avec des non juifs et avec un collecteur d’impôts (et se l’est vu reprocher d’ailleurs), il a refusé de lapider une femme adultère, il a bu l’eau offerte par une Samaritaine (et Dieu sait si les Samaritains étaient méprisés/ostracisés par les Pharisiens),  il a aimé les pécheurs (paresseux, dépensiers, jouisseurs, menteurs, vantards, complétez vous-mêmes la liste des péchés que les évangélistes ont relatés), il a proclamé Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.

Il a dit aussi le même jour Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Un autre jour, il a même dit encore plus clairement (Marc 10, 13 à 16)

On lui amena des petits enfants, afin qu’il les touchât. Mais les disciples reprirent ceux qui les amenaient. Jésus, voyant cela, fut indigné, et leur dit: Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point. Puis il les prit dans ses bras, et les bénit, en leur imposant les mains

Les tout petits ont le cœur encore pur : ils peuvent voir Dieu et quand par chance, ils ont des parents disposés à leur montrer Dieu, il y a des églises qui n’en veulent pas ! Ils n’en veulent pas pour ne pas déranger les autres.

Cette seule raison, purement chrétienne, d’exemple du Christ, suffit à interdire le comportement de tous ces responsables de paroisses et de chapelles qui ne veulent pas des petits.

Alors non, je dis non pour des raisons humaines et spirituelles :

– une messe n’est pas un spectacle auquel on assiste après avoir payé sa place ! La messe, c’est ce que Jésus nous a demandé de faire pour commémorer sa mort, sa résurrection, pour accomplir ce qu’Il a fait avant de mourir :

« Prenez et mangez, ceci est mon corps qui sera livré pour vous »

– la messe est faite pour tous, catholiques ou non, jeunes ou vieux, saints ou pécheurs, simples en esprits, simples d’esprit aussi, cœurs purs et les cœurs impurs. Elle est dite à la demande du Christ qui ne l’a pas demandé pour récompense pour les « bons » catholiques, bien habillés, instruits et qui chantent juste !

Alors, j’aime beaucoup les sœurs de la Charité, j’aime beaucoup la chapelle de la Médaille miraculeuse. Quand j’ai eu de grandes craintes pour Fistonchéri enfant, je suis allée là-bas, au pied de l’autel comme Marie l’a dit à Bernadette, lui recommander son avenir. Quand mon père a eu son premier cancer, avec Fistonchéri, nous avons demandé aux sœurs de dire des messes pour lui, de prier pour lui. Je parle de ce lieu de pèlerinage marial chaque année à mes élèves de catéchisme.

C’était jusqu’à ce jour mon lieu de messe préféré à Paris. Je ne décolère pas. Sur le site de la Chapelle, il y a cette phrase :

Allons à la chapelle, la Sainte Vierge nous attend.

Mais pas à la messe quand on est un petit ?

Il parait que la colère est un péché mais j’ai eu un père spirituel (ami du Cardinal Lustiger) qui proclamait que parfois il faut avoir de saintes colères. Alors, je me garde cette colère : quand je relis Marc, je la crois sainte.

Publicités
15 commentaires leave one →
  1. 7 octobre 2012 16:47

    Le plus ironique est que l’Evangile de Marc que vous citez concluait l’Evangile de ce dimanche!

  2. nicole 86 permalink
    7 octobre 2012 18:11

    est-ce que l’homélie faisait l’apologie de la famille accueillante aux enfants pour mieux ostraciser ceux qui ne sont pas conformes ?
    Pour d’autres raisons , j’ai hésité à aller (seule !) à la messe aujourd’hui, le Seigneur m’a conduit là où ma place était (et pas dans ma paroisse où je me serais sentie comme une paria).
    Bonne semaine

  3. 7 octobre 2012 19:24

    Si ce n’était aussi triste, j’eclaterais de rire. Et ensuite, le catho sympa te fait de grands discours pour t’expliquer que bien sur il aime tout le monde. Bon, si ça peut te rassurer ce n’est pas propre à l’église. Les gens qui veulent rester entre eux, bien tranquilles, sans personne pour les déranger, pullulent. Hélas. Douces caresses à PetiteFilleChérie qui ne méritait pas ça.

  4. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    7 octobre 2012 19:28

    @naïf oui, je sais …..

    @Nicole86 je ne sais pas, je n’y étais pas. Ce que m’en ont dit Bellefillechérie et Marichéri avait surtout trait à : divorce/jamais

    @Doudette ❤

  5. 7 octobre 2012 20:28

    Délit de grande gueule… Paris restera toujours Paris. C’est pour cela que nous sommes partis en banlieue quand les enfants sont arrivés.
    Ce n’est pas propre à l’église. Paris n’aime pas les enfants de mon point de vue.
    Je me souviens m’être fait interpellée de façon très virulente à un passage piéton par une « grognasse » qui me reprochait d’avoir des enfants et d’être une inconsciente asociale (et encore je n’en avais que 3 à l’époque).
    Mais bon, je suis sure qu’il y a plein de paroisses dans Paris plus accueillantes pour les enfants.
    Changez de crèmerie 🙂

  6. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    7 octobre 2012 20:42

    @Jonastree

    Je sais, la France d’aujourd’hui n’aime pas les enfants et tous les prétextes sont bons pour les ostraciser (et les parents dans la foulée).

    Certaines femmes pensent qu’avoir des enfants empêche de faire carrière. Certains pensent qu(‘il faut n’avoir qu’un enfant pour s’en occuper parfaitement. Et d’ailleurs, cela permet de les élever dans du coton, ne jamais en faire des adultes responsables …. Etc. C’est pour cela que j’étais très en colère ce matin : si même les cathos à la messe dans un couvent, site de pèlerinage marial n’aime pas les enfants, on est mal !

  7. 7 octobre 2012 20:53

    en même temps, les messes avec 5 bébés qui braillent en se relayant, c’est pas trop la peine d’y aller non plus. on n’entend ni la parole du jour ni l’homélie, et on n’arrive pas à prier. et les parents des-dits bébés non plus de toutes façons: on me fera pas croire qu’avec un bébé qui hurle dans les bras, on comprend quelque chose de l’homélie!
    alors autant penser un peu aux autres et aller dans la partie de l’église qui a été aménagée pour les bébés dans cette chapelle: on suit la messe, on communie, on peut rester tous ensemble dans cette partie là, et en prime on empêche pas les autres d’écouter.
    les enfants de moins de 2 ans n’y perdent rien.
    ensuite, oui, ça pourrait être laissé à l’appréciation de la mère, qui pourrait sortir si besoin. mais si ça se passe comme ça, c’est sans doute que les mères ne sortent pas.
    On a ça à Randol: un lieu aménagé avec télé et communion, et une porte vitrée, rien n’est imposé, et certaines mamans préfèrent laisser n° 5 brailler, n°4 tomber et hurler, et n°3 grimper partout toute la messe.
    c’est un concept,
    mais CHAQUE dimanche de l’été, franchement, moi j’aime bien que les familles restent ensemble à la messe, quitte à me déplacer pour laisser un banc entier, mais là, je trouve que c’est pas tenable.
    les enfants d’aujourd’hui ne se tiennent pas comme au temps de ma grand mère, où ils n’avaient même pas le droit de parler à table parce qu’ils étaient 12. on est vraiment dans un autre contexte.
    c’est tout de même pas une torture d’aller dans un lieu adapté.
    On l’accepte tout à fait au concert, au cinéma, voire chez Mac Do, mais pas à l’église…
    moi, entre une messe pour crétins où le prêtre parle aux enfants et une messe où les bébés qui hurlent empêchent d’écouter quoi que ce soit, je ne trouve pas que la deuxième soit forcément mieux.
    Par contre, on a une autre église, chez des capucins, où il y a plein de familles, mais les parents sont responsables et ne laissent pas hurler un bébé, ils sortent ou le promènent, on n’est jamais dérangés. et les enfants assistent à une messe très belle. tout le monde y gagne.
    question de respect mutuel des uns et des autres.
    c’est pas forcément possible dans un lieu trop touristique.

  8. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    7 octobre 2012 21:00

    @do
    Vous avez dit le mot : à Randol, rien n’est imposé.
    Ici, ce matin c’était 1 (et un seul) bébé qui en plus a l’habitude de la messe …. qui n’a pas PU entrer ….

  9. 7 octobre 2012 21:02

    Juste une précision sur les homélies. Je me souviens de ma première homélie lors d’une messe des familles. A la fin de la célébration, en sortant, les fidèles me disaient : « Ah ben c’était bien aujourd’hui l’homélie, pour une fois, on a compris… » Du coup, ça relativise la question du niveau de la prédication…

  10. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    7 octobre 2012 21:08

    @Lemessin 🙂

  11. 7 octobre 2012 23:59

    J’abonde dans le sens de ce billet! Quand on evacue les enfants, c’est qu’on avoue son echec a éduquer les enfants. On prefere les enlever de notre regard plutot que de leur apprendre a rester calmes. Et cela montre aussi qu’on devient un peuple de vieux!

  12. Anne permalink
    8 octobre 2012 10:01

     » il est facile de reconnaître les enfants qui ont l’habitude de la messe : ils ne courent pas dans tous les sens, se lèvent comme tout le monde, s’assoient en même temps que les adultes, ne parlent pas et ne demandent pas tout le temps quand ce sera fini « . Mon fils de trois ans a l’habitude d’aller à la messe et aussi de bouger, parler… parce qu’il y a des enfants calmes et d’autres moins… alors on compose. Certains dimanche, c’est messe en famille et d’autres messe séparée.

  13. Patere legem permalink
    13 octobre 2012 06:42

    Si j’adhère à votre colère , je vous trouve injuste de dire que les bénévoles qui s’occupent des enfants pendant la liturgie de la parole ne font que les divertir, dans mon expérience il y avait du contenu.

  14. Coryn permalink
    29 mars 2016 11:49

    Jésus est probablement un être mythique (qui n’a jamais existé).
    Les hommes ont inventé dieu à leur image culturelle ce qui explique la différence et les évolutions de dieux qui n’existent pas.
    Il est probable qu’après la destruction de Jérusalem en l’an 70, les juifs ont cherché une explication à leur malheur et certains, à Alexandrie (juifs hellénises) ont pensé que c’était dû au fait que le messie tant attendu était venu et qu’ils ne l’aurait pas écouté.
    D’où la fable des évangiles qui recopient des anciennes prévisions de la bible hébraïque.

Trackbacks

  1. Les places à la messe, c’est sacré « Pourquoi se compliquer la vie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :