Skip to content

Les places à la messe, c’est sacré

7 octobre 2012

La messe, c’est sacré. C’est sacré à cause de l’Eucharistie et du coup elle est sacrée pour les fidèles. Tellement sacrée qu’elle l’est aussi pour de mauvaises raisons parce que ce salaud de Satan s’y entend comme personne pour nous tenter, même là.

Mon enfance, c’était les années 60.

Dans l’église de mon village, celle qui est là sur la photo, près de l’autel les chaises et dans le fond de l’église, les bancs et dans la chapelle de droite le banc des châtelains. Les bancs étaient réservés par familles. Les plaques portaient le nom des familles. Celui de ma grand mère, c’était le 5ème à droite en montant vers l’autel. Tant qu’elle était vivante, je n’ai pas eu le droit de m’asseoir plus haut, plus vers l’autel…. Arghh. Ma mère aujourd’hui encore a du mal à monter au delà de la 1ère travée, même si la porte du fond n’est plus jamais ouverte et si tout le monde entre par la porte « du château » qui en plus était une toute petite porte. Ma grand mère me répétait que les derniers seront les premiers ….

C’était aussi l’époque de la « tenue du dimanche », chaussures bleu marine, gants blancs, etc. Tous les garçons du catéchisme du village étaient enfants de chœur, assis sur les bancs devant les stalles et les filles du village étaient dans les stalles. Les filles faisaient la quête. Je n’ai pas eu le droit non plus car je n’allais dans le village que pour les vacances. Et en racontant, ça me rappelle aussi les cartes de messe que je devais rapporter au KT, tamponnées ou signées par le prêtre de mes lieux de villégiature ….

C’était avant Vatican 2. Vu d’ici, aujourd’hui, tout cela est rigolo, vieillot …. Oui.

Oui mais, cette sorte de reconnaissance appelait peut-être le bénévolat ? On m’a expliqué que les rangs les plus proches de l’autel étaient attribués en fonction des services rendus.  La présence « obligatoire » entraînait peut-être plus de présences (cf carte de messe) ?

Je me demande parfois si le côté « on se fiche de la forme du moment qu’il y a le fond » n’a finalement pas fait disparaître le fond avec la forme. D’ailleurs quand j’étais petite, plus de 3 enfants sur 4 étaient baptisés, aujourd’hui, à peine 1 sur 3.
Quand j’étais petite, plus de 2 mariage sur 3 étaient religieux, aujourd’hui, 1 sur 3 (je parle de mariages, entre un homme et une femme hein, pas de mariage unisexe, pas de PACS et autres unions non formalisées).

Alors bien sûr, ce n’est pas la disparition des places réservées qui est la seule cause de tout cela. Quoique … Comme le disait Pascal (Blaise), si tu n’arrives pas à prier, mets-toi à genoux et ça viendra. Alors, les gestes, les formes et les contraintes ne sont peut-être pas aussi inutiles qu’on veut nous le faire croire aujourd’hui.

Vous aurez noté que pendant la même période, les plaques des comptoirs de bistrots ont aussi disparu et que de la même manière, la consommation d’alcool en France a baissé de moitié pendant la même période …. (non, ce n’est pas une blague !)

Bien sûr vous avez raison. Mais de même qu’un prêtre déguisé 😉 en prêtre permet d’être reconnu de tous, que les enterrements qu’on voyait avant et qui sont cachés aujourd’hui rendaient la mort familière, que les règles libèrent (mais si, mais si) vous savez bien que les choses sont neutres, c’est l’esprit, l’Esprit qu’on y met qui en fait la valeur et l’efficacité.

Ces Mme E Duval les voulaient ces plaques et dans le beaucoup qu’elles étaient prêtes à faire pour les avoir, il n’y avait probablement pas que des vanités, des mesquineries. Peut-être y avait il aussi un souhait humain de récompense, d’avant goût de la récompense ultime.

Quand Fistonchéri était petit, j’étais de la paroisse de la Trinité, avant et ensuite lorsqu’elle a été confiée par le Cardinal Lustiger à la communauté de l’Emmanuel. Nous avions l’habitude d’être au premier rang. Parce que les premiers rangs des églises sont les derniers à se remplir, parce que nous avions un petit enfant et qu’au 1er rang, il voyait l’autel au lieu des fesses de la dame de devant, et que regarder ce qui se passe à l’autel est le meilleur moyen de faire vivre la messe aux petits.

De l’autre côté au premier rang également d’habitude,  une autre famille dont l’enfant était une jeune fille d’une vingtaine d’années, atteinte d’une maladie neurologique que je ne suis pas capable d’identifier. Elle avait toujours la tête de côté, bavait quasi en permanence et poussait des cris gutturaux. Elle avait reçu les sacrements et la communion se terminait toujours par elle, sa mère attendant que les files soient passées pour aller vers le prêtre.

Un dimanche, France Culture est venu enregistrer la grand messe. Il faut dire aussi que Olivier Messiaen, l’organiste de la Trinité était encore vivant et que la chorale était excellente. Ce dimanche-là, le curé est venu nous voir pour nous demander de nous éloigner avec fiston chéri parce que les micros étaient au dessus des premiers rangs et il nous a expliqué qu’il savait bien que Fistonchéri était habituellement sage, mais que quand même, les micros, la radio, toussa toussa ….

C’était notre paroisse. Ce nouveau curé l’avait rendue vivante, même si nous n’étions pas de la communauté de l’Emmanuel, le travail qui était accompli nous plaisait. Nous nous sommes éloignés des micros.

La famille avec la jeune fille handicapée mentale est arrivée et s’est installée à sa place habituelle sous les autres micros. J’ai regardé notre curé, il a tiré la tronche mais n’est pas allé demander à cette famille de se déplacer !

Vous devinez aisément toutes les pensées qui me sont venues : ça allait du nark niark au curé ok, pas joli joli, mais c’était un peu mérité quand même en passant par et en plus il est trouillard, il n’ose pas demander à déplacer une handicapée ce qui est quand même une forme de stigmatisation à rebours et puis finalement c’est bien que les auditeurs de France Musique sachent que la messe c’est aussi pour les handicapés même si je crains que les cris ne leur aient pas été expliqué.

J’avais oublié cette anecdote qui m’est revenue depuis ce matin que je réfléchis à ce qui s’est passé à la chapelle de la rue du Bac et aux leçons que je peux en tirer.

A la Trinité, j’étais restée pour la messe. Ce matin, j’ai quitté la paroisse. J’aurais peut-être pu dire à Fistonchéri qu’il pouvait aller avec sa fille dans la partie de la chapelle pour les familles et que nous l’y rejoindrions. Pour ceux qui ne connaissent pas, il y a un aquarium vitré pour les familles afin que les enfants ne dérangent pas les autres fidèles.

Donc, ce matin j’ai préféré ma colère (aussi sainte que je veuille la croire) à la messe. Rien que pour cela, j’ai commis une erreur de jugement. J’aurais dû rester et tenter d’obtenir que mon fils reste aussi.

Tout cela pour dire que même la messe est source d’une palanquée de péchés pour tous.

Mais je tiens à dire aussi qu’une foi qui, à raison, veut accueillir les enfants, même à peine conçus, qui souhaite que les familles restent unies et que les enfants cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes peut aussi envisager de les garder à la messe.

Et je ne parle pas des prêtres qui, je le sais, ne demandent pas mieux.

Je parle des paroissiens, de tous ceux qui en dehors des salons où ils exposent leurs convictions sont toujours dérangés par les enfants, les vieux, les malades. Tout ce que j’ai dit sur Jésus et les enfants dans mon premier billet d’aujourd’hui reste vrai.

J’ajoute que Jésus dérange. Pas seulement ceux qui n’en veulent pas mais aussi ceux qui se réclament de lui.

Publicités
One Comment leave one →
  1. nicole 86 permalink
    7 octobre 2012 20:18

    Entendu, lors de la dernière réunion de l’équipe chargée de l’accueil aux messes :
    Ne faites pas faire la quête par des enfants, « ils » donnent moins !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :