Skip to content

Picnic fantastic bourguignon

23 septembre 2012

Ce week-end, c’est en France le 2ème week end de la gastronomie et la Bourgogne a décidé (par son Comité régional du tourisme) de proposer une manière originale d’y participer, un fantastic picnic. Aujourd’hui, c’est à peu près partout en Bourgogne. Hier c’était à Paris pour les Bourguignons parisiens et pour la presse française et internationale.

Il y a plusieurs mois, au hasard des clics sur les liens proposés par twitter, j’ai découvert cette proposition d’un picnic des bourguignons de Paris. Je me suis inscrite et je n’en ai plus entendu parler jusqu’à cet été : j’ai reçu un mail confirmant mon inscription et annonçant le principe.

Le lieu sera gardé secret jusqu’aux derniers instants. Toutefois, restez connecté ! Une première note d’information vous sera adressée par mail le 31 août prochain !

Bon début de teasing ! Le 31 août j’apprends donc que cela aura lieu de 12 heures à 15 heures, dans Paris intra muros et avec un dress code « chic et sans chichi » qu’on m’indiquera plus tard, comme le lieu. J’ai donc ressorti le panier de picnic que nous nous étions acheté il y a une dizaine d’année mais jamais utilisé, tout bien lavé, recherché des serviettes blanches et un thermos pour le café. Teasing suffisamment efficace pour que des amis aient aussi envie de participer à cette célébration parisienne de notre région commune.

La troisième note de début septembre dresse la liste de ce qu’il faut apporter : assiettes et serviettes blanches, de « vrais couverts » mais les verres nous seront fournis et une recette de gougères feuilletées. Je n’ai pas voulu lire qu’un tirage au sort aurait lieu avec comme prix un dîner au restaurant Loiseau des vignes à Beaune.

J’ai lu que les meilleures gougères seraient récompensées par ce dîner. D’accord, cela dit beaucoup sur mon goût de la compétition et sur mon arrogance naturelle : j’ai décidé que j’allais gagner ce dîner pour deux. A la loyale, hein, à la faveur du travail. Dès que la recette m’est arrivée, je l’ai donc testée et répétée. Et je n’ai pas gagné parce que il n’y avait pas de concours. Bon ces gougères sont néanmoins très bonnes et vont devenir LA recette de gougères dans ma famille. Enfin ma version. La recette donnée est en effet, comme toutes les recettes de chefs, une recette qui triche, qui ne dit pas tout, qui permet aux chefs de prouver à toute maitresse de maison normale qu’elle est une mauvaise cuisinière !

Et finalement, mercredi est arrivé le mail avec l’indication du lieu de rendez-vous : les quais de Seine en contrebas de la Tour Eiffel. Il s’agissait donc de visiter Paris par l’intérieur sur un des Bateaux parisiens.

Superbe bateau à bord duquel nous avons été accueillis par un petit orchestre et par un apéritif bourguignon : kir et toastsmini tartines au Soumaintrain. Nous avons retrouvé Doudette et sa famille. Et les poussins de Doudette sont de vrais bourguignons : déjà cet été, ils s’étaient régalés avec mes œufs en meurette et hier, ils ont raffolé des tartines au Soumaintrain. Pour ceux qui ne connaissent pas ces mets typiquement bourguignons, sachez qu’ils sont très goûteux et que pour les apprécier, il faut que les enfants soient nourris à autre chose que les petits pots industriels !

Voici notre tablée :

Doudette raconte ici notre croisière. C’était la première fois que je visitais Paris avec un œil bourguignon et indubitablement, si on devait retirer de Paris ce qui vient de Bourgogne, hommes et pierres, il manquerait beaucoup à Paris : plus d’organiste à Notre Dame, plus d’escalier au Sacré Cœur par exemple ! C’est vrai que notre conférencière, venue exprès de Bourgogne n’aurait pas dû s’excuser autant de cette permanente présence bourguignonne à Paris mais j’ai finalement appris beaucoup alors que je croyais connaître ma ville….

Ce premier fantastic picnic bourguignon était une excellente idée, nous avons passé un moment très agréable. Merci donc aux organisateurs !

Ils nous ont assuré que ce n’était que le premier d’une longue série. Et que chaque prochain picnic propose une nouvelle recette bourguignonne à tester. S’il ne tenait qu’à moi, cela deviendrait le début d’une tradition heureuse pour fêter la gastronomie bien sûr mais aussi la rentrée et l’automne.

Cette année, ce picinic était au soutien de la candidature des climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l’Unesco. Climat est le mot bourguignon pour terroir. Le Patrimoine mondial est l’appellation attribuée par l’UNESCO, à des lieux ou des monuments ayant une valeur exceptionnelle et universelle : les pyramides d’Egypte ou le Mont Saint-Michel font ainsi partie du patrimoine de l’humanité protégé par la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, adoptée par l’UNESCO en 1972. Des images de ce patrimoine ici.

Depuis 2009, les climats des côtes de Beaune et des côtes de Nuits ont décidé de solliciter leur inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO. J’en ai entendu parler pour la première fois en novembre 2010 à la vente des hospices de Beaune au cours de laquelle Fabrice Luchini qui présidait cette vente a conduit les enchérisseurs à pulvériser les records de prix. C’est alors que Marichéri et moi avons récupéré notre badge.

Les Climats ont déjà démontré la valeur universelle que représente ce patrimoine et aujourd’hui leur dossier est remis à la France qui doit maintenant décider si c’est ce dossier qu’elle présentera à l’UNESCO. Vous en saurez plus ici. Il faut soutenir cette candidature : les Climats, c’est aujourd’hui le résultat de siècles de travail quotidien : travail de la terre, travail des plantes, traitement du produit pour aboutir à cette perfection que sont les vins extraordinaires.

C’est la consécration de milliers d’humbles qui ont vécu en travaillant dans la recherche du beau, du bon, du mieux, qui avec courage et persévérance se sont critiqués en permanence sans jamais se satisfaire de ce qu’ils faisaient. Leur héritage est vivant ce qui n’est pas le cas des autres lieux déjà inscrits au patrimoine mondial. Ce sera donc aussi la consécration de tous ceux qui consacrent leur vie à maintenir l’excellence de ces vins. Les Climats sont écologiques dans le seul sens fort du terme : préserver la nature, la perfectionner et la mettre au service du meilleur de l’homme : progresser dans la recherche du bien.

Il faut que les Climats soient inscrits au Patrimoine.

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 23 septembre 2012 12:09

    Et oui, il ne faut jamais préjuger du goût des enfants en pensant que c’est « fort », qu’ils n’aimeront pas, que ce n’est pas pour eux. Les enfants (en tous cas les miens) aiment ce qui a du « goût ». On ne s’est jamais dit qu’il y avait des plats pour adultes et d’autres pour enfants. On goûte tout… et on n’est jamais forcé de manger.

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    23 septembre 2012 12:14

    @ Doudette

    Et c’est, malheureusement, suffisamment rare pour que je veuille le signaler ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :