Skip to content

Nous avons un gouvernement

17 mai 2012

Voilà, c’est fait. Nous avons un gouvernement.

Je ne suis pas capable de décider si ce sera ou pas un bon gouvernement ni quels ministres seront bons ou pas.

J’ai néanmoins quelques remarques à faire :

Points positifs : stricte égalité entre femmes et hommes. Bon d’accord, il y a plus de femmes en France que d’hommes, mais faut peut-être pas exagérer, non ? Si ? Et puis les femmes de ce gouvernement n’ont que les petits ministères ? J’exagère ? même pas.

Points que je trouve négatifs, en plus de ce que je viens d’écrire :

1 – Je ne sais pas ce que signifie « redressement productif ». Productif de quoi ?

En français, cela ne veut rien dire. J’imagine qu’en réalité, l’objectif de ce ministère sera le redressement de la production (voire même industrielle). C’est seulement le résultat d’une mode langagière de langage qui veut qu’on transforme un nom en adjectif pour qualifier un autre nom. Dans le même genre, il y a problème sociétal pour dire problème de société, en oubliant que l’adjectif de société est social. Oui mais social ne s’entend plus aujourd’hui que dans le cadre de relations de travail. Notez au passage que relation de travail ne veut pas dire la même chose que relation travaillée. Et on se retrouve avec notre redressement productif. Qui nous conduit d’ailleurs directement à la réussite de l’éducation éducative !

2 – L’éducation. Manifestement une préoccupation de ce gouvernement !

Nous devons tous approuver. L’avenir passe toujours par l’éducation des jeunes. Nous avons donc

– l’éducation populaire (Madame Fourneyron)

– l’éducation nationale (Monsieur Peillon) qui a quand même pris une décision fondamentale : 5 jours de classe seulement pour les élèves. Lesquels ? ce sera aux maires de décider …. Va être génial pour l’égalité des territoires !

– la réussite éducative (Madame Pau-Langevin)

sans oublier non plus formation professionnelle (Monsieur Sapin), ni l’enseignement supérieur (Madame Fioraso) ni le ministre de la culture (dont vous aurez noté qu’il est aussi ministre de la communication !). Théoriquement la culture, c’est de résultat d’un apprentissage varié et important. La communication ? je suis perplexe. Nous sommes dans un monde qui communique, à moins que ce ne soit pour réglementer la liberté de parole ? Non ?

Cinq ministres donc, mais rien pour l’enseignement avant l’enseignement supérieur.

Quelqu’un pour m’expliquer la différence entre éducation populaire et éducation nationale ? J’imagine que le ministre de l’éducation nationale soit effectivement le ministre des écoles, des collèges et lycées. Mais l’éducation populaire, ce sera quoi ? En tout cas, on peut en déduire que l’éducation nationale n’est pas l’éducation populaire et réciproquement.

Donc la nation n’est pas le peuple. Donc la nation, c’est le peuple + ? les élites ? les socialistes ? les vaches ? les autres ?

Et la réussite éducative, qu’est-ce ? Serait-ce une réussite qui peut servir à l’éducation des autres car elle constitue un modèle (comme les saints sont des modèles pour les catholiques) ou on transforme un nom en adjectif pour qualifier un autre nom la réussite d’une éducation ? Mais si ce n’est que cela, pourquoi alors l’ajouter à l’éducation nationale ?

Parce que je ne suis pas socialiste, j’imagine que cette attention portée à l’éducation et non pas à l’enseignement signifie que ce gouvernement s’attachera à de la propagande sociétale enseigner comme seul mode de vie acceptable celui qu’il veut prôner : tout est égal à tout :

– un père et une mère, c’est pareil,

– le mariage, c’est pour tout le monde

– la souffrance ne doit pas exister : on supprime donc soit la souffrance soit ceux qui souffrent en oubliant que la souffrance est une échelle du bonheur et que une fois qu’on a tué, on ne peut pas revenir en arrière. En oubliant aussi que ceux qui vivent bien sont ceux qui ont appris à domestiquer la souffrance.

3 – Décision astucieuse : la réduction de la rémunération des ministres

Personne ne va pouvoir critiquer cette décision. Les gens de droite compensent en hurlant sur l’augmentation du nombre de ministres qui aboutit au bout du compte à une augmentation du coût de fonctionnement du gouvernement en dépit de cette mesure. C’est une mesure propagandiste de propagande ou alors serait-ce un exemple de réussite éducative, dans le sens de modèle à donner ? C’est une mesure très astucieuse car elle est déjà sans effet mais elle va jeter sur la place publique un argument facile de « bonne foi » qui va pouvoir être ressorti à loisir par n’importe quel ministre ! Quelle que soit la critique qui sera faite, on entendra pendant les 5 ans à venir, comme réponse :

oui mais nous, on a réduit notre rémunération ! nous, on n’est pas bling bling.

Comme si ça pouvait être une preuve de qualité dans un poste gouvernemental !

Mais bon. Du point de vue de ce gouvernement, c’est une mesure astucieuse qui va lui faciliter la communication et lui permettre de détourner l’attention.

La cerise que le gâteau, c’est que avec cette « baisse de revenus » vaut mieux lire ça que d’être aveugle ceux qui sont dans des logements sociaux vont continuer à les garder comme Madame Batho que même Delanoé n’arrive pas à renvoyer de son logement social en dépit de ses 12.000 euros mensuels !

 4 – Décision idiote, purement idiote : éjection d’un ministre qui ne serait pas élu député.

Je ne vois pas le rapport. Être élu n’est une preuve de compétence, dans le meilleur des cas, que de la capacité à bien faire campagne ! Et encore, ce n’est vrai que quand on est candidat dans une circonscription difficile ! Quand on est candidat dans une circonscription facile, cela prouve seulement qu’on est bien placé au parti pour être investi dans une ‘bonne’ circonscription.

Donc, faire un lien entre une élection à l’assemblée et un poste de ministre, c’est crétin ! Surtout quand les temps sont durs.

Exemple au hasard : la Grèce. L’électeur a tendance à choisir ce qui est facile (c’est-à-dire, bon pour lui). Donc la Grèce se retrouve sans gouvernement parce que et c’est normal (à défaut d’être malin) : pourquoi voulez-vous que la majorité des électeurs vote pour la rigueur ?

A moins que cela soit ça, l’objectif de la réussite éducative : amener l’électeur à ne plus choisir la facilité ?

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. 17 juin 2012 17:58

    Bonjour ! Bien que mes convictions politiques soient à l’opposé des vôtres, je vous lis avec un grand plaisir, parce que vous avez des arguments, des réflexions… Ce qui n’est pas toujours le cas des personnes qui « postent » à propos de politique (et quel que soit leur bord )

    En revanche, dans cette note, je ne suis pas sûre que vous ayez fait de votre mieux … 🙂

    1. Effectivement, il manque sûrement un terme dans « redressement productif ». Mais il ne me semble pas totalement idiot de penser qu’il s’agit de proposer un « redressement général » (du taux d’emploi, donc si tout va bien des finances publiques, et peut-être les salaires 😛 ) via une amélioration de la productivité (à mon sens, en particulier quand il s’agit de produire des biens, donc dans l’Industrie, mais là je reconnais que ce n’est pas clair)

    2. Alors là, je me dévoue volontiers, ayant un Foyer d’Éducation Laïque (désolée 😉 et Populaire près de chez moi. L’éducation, ce n’est pas seulement ce qu’on apprend à l’école… Le FLEP à coté de chez moi propose des activités culturelles, artistiques (et sportives) à tous les publics. On peut ainsi, par exemple, y apprendre l’utilisation de l’informatique, ce qui est précieux quand on a quitté depuis longtemps les bancs de l’École!

    Quant à votre idée que tout ceci ne sert qu’à propager l’idéal socialiste, je vous trouve bien injuste. Il me semble au contraire que tenter de mettre à le disposition du plus grand nombre possible, dans les meilleures conditions possibles, l’éducation tout au long de la vie, c’est une façon de permettre aux gens de penser par eux-mêmes. Comme vous et moi qui avons eu la chance de recevoir une bonne éducation … 😉

    3. En ce qui concerne l’augmentation du coût « global » des ministres, je vous propose de lire cet article : http://www.challenges.fr/economie/20120524.CHA6753/la-methode-ayrault-pour-depenser-moins-avec-plus-de-ministres.html
    En ce qui concerne le fait que ce ne soit pas un gage de qualité, et que les ministres qui ont des logements sociaux n’ont pas de quoi être fiers, je suis d’accord avec vous. Mais est-ce vraiment typique des socialistes ?

    4. En ce qui concerne le lien entre portefeuille ministériel et poste de député, je comprends votre question. En même temps, cela apporte une certaine légitimité à des quasi-inconnus…

    Par contre, je pense que vous vous trompez lourdement quand vous pensez que choisir la gauche, c’est choisir la facilité. On pourrait tout aussi bien dire que céder à la facilité, c’est écouter les médias qui répètent en boucle que nous sommes foutus, que le monde part en biberine, que la seule solution, c’est la loi du plus fort… Voter à gauche, ce n’est pas pus facile que de voter à droite… De plus, les électeurs (heureusement) ne font pas toujours ce qui est bon pour eux-mêmes. Pour ma part, je pense que mes impôts vont augmenter, et cela ne me gène pas (cela ne me ravit pas non plus, mais c’est conforme à l’idée que je me fais de la répartition des richesses.)

    Quant à la Grèce, pourquoi voulez-vous voter encore et encore pour la rigueur, alors que, manifestement, ça n’a pas vraiment arrangé le problème ? (Ce n’est pas moi qui le dis, c’est l’OIT, entre autres. Et le Président des États-Unis. Bon, remarquez, être président des États-Unis, ce n’est pas non plus un gage d’intelligence ! )

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    17 juin 2012 18:54

    Bonsoir,

    Sur le redressement productif, les termes sont mal choisis, je le maintiens. A moins de considérer qu’un ministre puisse être nommé POUR aggraver une situation. Qu’il arrive qu’un ministre aggrave, c’est possible mais je ne crois pas que de droite ou de gauche, ce soit l’objectif.

    Sur l’éducation : jamais je ne dirai ou n’écrirai, parce que je pense tout le contraire du plus profond de mon être, que l’éducation n’est pas un bien, n’est pas une richesse et n’est pas source de progrès et d’enrichissement personnel ! Je pense que vous l’avez compris. Il n’en demeure pas moins que celui de la réussite éducative est de trop cf.réponse ci-dessus. Je ne pense pas que les autres ministres aient pour objectif l’échec…. ok, je persiste dans le mauvais esprit.

    Enfin, merci de vos commentaires et de vos liens.

  3. 16 juillet 2012 22:35

    le gouvernement ne veux pas que tout le monde panique mais tout le monde c est que on n est pas seule alors pourquoi le gouvernement nous cahes des choses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :