Skip to content

Les crimes pour l’honneur

12 septembre 2010

Je viens de faire deux posts pour parler de Sakineh Ashtiani. Parce que j’avais fini par entendre parler d’elle.  Je ne poserai pas la question de savoir pourquoi l’occident a connu son drame. Ce peut être parce que l’Iran avait besoin d’une autre négociation, ou parce que son avocat avait besoin de se faire connaître, ou parce que son fils est moins résigné que d’autres enfants d’autres condamnées, ou Dieu sait encore quoi, mais ce n’est pas mon propos.

Je voudrais aujourd’hui parler des 20.000 (vingt mille ! je n’ai pas dérapé dans les zéros, c’est plutôt des zéros qui dérapent) femmes tuées tous les ans au nom de l’honneur des hommes mâles. L’ONU évalue officiellement leur nombre à 5.000 par an mais les associations de femmes qui oeuvrent pour protéger les victimes potentielles affirment que ce chiffre est sous évalué et qu’elles sont en réalité au moins quatre fois plus nombreuses.

Robert Fisk, particulièrement compétent sur les sujets liés à l’islam et à ses extrêmismes vient de publier un papier sur ce sujet dans The Independant sous le titre La vague de crimes qui fait honte au monde.  En voici un résumé/traduction libres.

Le problème ne se limite pas au Moyen-Orient et cela constitue un véritable crime contre l’humanité . La plupart des victimes sont des jeunes, beaucoup sont des adolescentes , abattues, décapitées, brûlées à mort, lapidées à mort, poignardées , électrocutées, étranglées et/ou enterrées vivantes  pour obéir à une indigne tradition multi centenaire. Ces pratiques s’étendent maintenant sur la moitié du globe.

Voici un état des lieux de la situation selon Amnesty international.

Une enquête menée pendant près d’une année par The Independent  en Jordanie, au Pakistan, en Égypte , à Gaza et en Cisjordanie a révèlé des horreurs. Des hommes sont aussi tués pour  » l’honneur ». Et  même si, pour l’essentiel, ces crimes sont musulmans, dans ces régions, les comunautés chrétiennes et communautés hindoues n’en sont pas totalement exemptes.  «L’honneur» des familles, des communautés et des tribus y dépasse la religion et la miséricorde (?) de l’homme.

Pire, les groupes de femmes qui luttent contre cette tradition, les organisations humanitaires, Amnesty International et les actualités font craindre que ces massacres pour cause d’honneur ne soient en augmentation constante. Les Kurdes d’Irak, les Palestiniens de Jordanie, le Pakistan et la Turquie semblent être les pires territoires, mais il y en a également de nombreux en Egypte – qui prétend officiellement qu’il n’y en a aucun chez elle – dans d’autres pays du Moyen Orient et dans le Golfe. Dans certains de ces pays, la liberté de la presse commence à lever le voile. Et ces crimes ont également lieu en Grande-Bretagne, en Belgique, en France, enRussie, au Canada, en réalité, partout dans le monde.

Dans les pays musulmans, appliquant la charia, la loi et les tribunaux considèrent que tuer une femme pour l’honneur de la famille n’est pas un crime. Dans d’autres, où la charia n’est plus la loi officielle, ces morts sont qualifiées de suicides pour que les juges n’aient pas à prononcer de condamnations, ou alors les assassins bénéficient de la circonstance atténuante de la colère.

Voici la liste que Robert Fisk dresse dans son article de certains crimes inqualifiables. Il l’a dressée pour que ces crimes restent dénoncés et pour que les victimes ne soient pas oubliées :

– ces filles (en Jordanie et en Egypte) violées par leurs pères ou frères qui les tuent ensuite pour sauver l’honneur de leur famille quand elles finissent par être enceintes,

– ces femmes condamnées à mort par lapidation par des juges islamiques qui ne condamnent leurs complices qu’à seulement 100 coups de fouet

– Médine Mehmi, 16 ans,  enterrée vivante en février dernier par son père et son grand-père, assise et les mains attachées, sous leur poulailler dans la province turque d’Adiyaman, pour avoir laissé des garçons lui PARLER

– Aisha Ibrahim Duhulow, 13 ans, qui en Somalie en 2008 , devant un millier de personnes, a été enterrée jusqu’au cou et lapidée par 50 hommes. Après 10 minutes de lapidation, elle a été déterrée mais elle était encore vivante. Elle a donc été remise dans le trou et d’autres hommes ont fini sa lapidation.  Son crime ?  Elle avait été violée par trois hommes et sa famille avait malheureusement décidé de dénoncer le viol à la police locale ….

– ou encore cette jeune femme retrouvée dans un fossé à proximité de Daharki au Pakistan,  à qui sa famille, toujours pour l’honneur, à coupé le nez les oreilles et les lèvres avant de la tuer alors qu’elle donnait naissance à son deuxième enfant. La tête du nouveau né était déjà dégagée et il a été laissé là à mourir, une partie de lui encore dans sa mère morte. Elle a été retrouvée ainsi en état de décomposition et son premier enfant également mort. Des femmes ont voulu les enterrer mais l’imam a refusé de dire des prières pour « une femme maudite et ses enfants illégitimes ».

– en mars 2009, Munawar Gul a tué sa soeur de 20 ans, Saanga, au nord ouest du Pakistan, et l’homme qu’il soupçonnait d’avoir été son amant, Aslam Khan.

– août 2008, cinq femmes ont été battues puis enterrées vivantes pour « crimes d’honneur » au Baloutchistan par des hommes de leur tribu. Trois d’entre elles, Hameeda , Raheema et Fauzia étaient des adolescentes et avaient seulement souhaité pouvoir choisir leurs maris. Les deux autres étaient des femmes qui avaient tenté de protester contre la punition et elles ont subi le même sort. Devant le parlement, le député Israrullah Zehri a évoqué ces faits pour vanter cette « tradition vieille de plusieurs siècles » qu’il entendait bien « continuer à défendre «  !

– décembre 2003, Afsheen, 23 ans,a été tuée par son père à Multan, car en dépit de son mariage arrangé et malheureux, elle s’était enfuie avec un homme  d’une tribu rivale. Sa famille l’avait retrouvée et lui avait promis qu’aucun mal ne lui serait fait si elle retournait chez elle. Elle est rentrée et son père l’a étrangée ! Il a avoué à la police : « c’était ma fille préférée, j’entends encore ses cris, je veux mourir mais l’honneur est la seule chose qu’un homme ait » ! Pourtant cette famille comptait en son sein des hauts fonctionnaires, des ingénieurs, des avocats ce qui montre que n’est même pas un manque d’éducation !

– Zakir Hussain Shah a égorgé sa fille de 18 ans Sabiha, en juin 2002 parce qu’elle avait déshonoré sa famille. Mais en vertu de la charia, la loi du Pakistan, la famille d’une vicitme peut pardonner à l’assassin et dans ce cas, il n’y a pas de condamnation. La mère et le frère de Sabiha ont pardonné au père qui a été libéré. Dans le même genre et en application du même principe, un homme a tué ses quatre sœurs, à Mardan pour augmenter sa part d’héritage. Il en profite en paix car sa mère qui est aussi la mère de ses soeurs assassinées, lui a pardonné.

Mukhtaran Bibi  a été violée par quatre hommes d’abord puis promenée nue ensuite dans tout son village. Cela s’est passé au Pendjab et ce traitement visait à laver l’honneur  d’une famille. Pourquoi ? son frère de 13 ans avait marché aux côtés d’une femme de 30 ans de la famille « victime », sans chaperon. La police a mis plus d’une semaine avaznt d’accepter sa plainte ….

– Pour l’honneur également, Bilal Khar Karachi a arrosé d’acide sa femme Fakhra Yunus qui l’avait quitté pour retourner chez sa mère. L’acide a fait fondre ses lèvres, ses seins et une de ses oreilles. Photo ci-contre ->

– en 2001, Hafiza, 20 ans, a été tuée par balles par son frère Asadullah, devant une douzaine de policiers, sur les marches du palais de justice  de Quetta, parce qu’elle refusait de suivre la tradition qui lui imposait d’épouser le frère aîné de son défunt mari. Elle avait  épousé un autre homme, a été arrêtée et ramenée à sa famille. Là, elle a été contrainte de prétendre que son nouveau mari l’aurait en réalité enlevée et violée. C’est quand elle est allée au tribunal dénoncer sa fausse déclaration  qu’elle a été tuée par son frère.

Lal Jamilla Mandokhel, jeune handicapée mentale de 16 ans, qui a été violée par un fonctionnaire à Parachinar au Nord-Ouest du Pakistan. Son oncle a déposé plainte mais la police a remis Lal à sa famille. Les hommes ont décidé qu’elle devait mourir pour leur honneur. Ce qui fut fait aussitôt devant les policiers.

– Arbab Khatoon a été violée par trois hommes dans le district de Jacobabad . Elle a déposé plainte et a aussitôt été tuée par des membres de sa famille qui se sont estimés deshonorés parce qu’elle n’était plus vierge.

Quand ces femmes ne sont pas tuées par leur famille, elles font l’objet de pressions pour les contraindre à se suicider pour racheter l’honneur :

– Derya, 17 ans est tombée amoureuse d’un camarade de classe. Son oncle lui envoie un sms « Tu as sali notre nom. Tue-toi pour laver notre honneur ou nous allons te tuer ». Comme sa tante avait été tuée par son grand-père pour cette raison et que ses frères lui envoyaient des textos similaires plusieurs fois par jour, elle a fini par obéir à sa famille : elle a sauté dans le Tigre, raté. Elle a tenté de se pendre, raté. Elle s’est tailladé les poignets, raté. Elle s’est finalement protégée de sa famille dans un refuge pour femmes… Quand elles arrivent dans ces refuges, elles n’en sortent plus jamais sinon elles sont tuées.

–  Beaucoup de femmes reçoivent l’ordre de se suicider en se brûlant avec l’huile de cuisson. A l’hôpital Sulimaniya en 2007 , les chirurgiens ont traité de nombreuses femmes pour des brûlures critiques qui ne peuvent résulter d’accidents domestiques.

Cette liste est déjà longue, mais ce n’est même pas la moitié de celle que Robert Fisk a établie.

Au Pakistan, la commission des droits de l’homme reconnait 1.000 crimes d’honneur par an depuis 10 ans.

La Turquie en reconnait 480 entre 2000 et 2006 mais les associations locales de défense des femmes évaluent ces crimes à au moins 200 par an. Pourtant, ces chiffres sont aujourd’hui reconnus comme considérablement sous-estimés : de nombreux crimes ont lieu dans les régions kurdes du pays, rurales et avec peu de statistiques. Les sondages montrent d’ailleurs que 4 turcs sur 10 approuvent l’assassinat d’une épouse infidèle.

C’est pire encore dans les provinces kurdes d’Irak, mais pas seulement. En 2008 , un médecin de Sulimaniya déclaré à l’AFP que pour les seuls 10 premiers jours de mai, 14 jeunes femmes ont été assassinées pour l’honneur ! A Bassorah en 2008 , 15 femmes ont été assassinés chaque mois pour avoir violé les codes vestimentaires islamiques.

En Jordanie, il y a aussi des crimes pour l’honneur. La famille royale les condamne fermement et petit à petit, les tribunaux jordaniens deviennent sévère contre les meurtriers. Mais le chemin est encore long. Sirhan a tué sa soeur parce qu’elle avait été violée. Il s’explique ainsi : « elle a commis une faute, même si c’est contre son gré et de toute façon une seule mort vaut mieux que toute une famille morte de honte ».  En 2008, la Cour pénale jordanienne transforme encore les crimes d’honneur en « accès de fureur »  ce qui lui permet de ne condamner les assassins qu’à quelques mois de prison.

En Iran, un fonctionnaire reconbnait pour la seule province du Khuzestan, plus de 20 femmes  sont assassinées tous les mois pour refus d’un mariage arrangé, défaut de respect du code vestimentaire islamique ou suspectées (seulement suspectées) d’avoir des contacts avec des hommes qui ne sont pas de leur famille.

L’Afghanistan des talibans se protège des enquêtes et il est difficile de même évaluer les crimes d’honneur.

Mais la contagion se répand dans le monde.

En Inde, ces crimes ont lieu pour des mariages entre castes. Des couples de fiancés ont été ligotés et électrocutés, pendus et brûlés.

En Tchétchénie, république de la fédération de Russie, le président Ramzan Kadyrov, soutenu par Vladimir Poutine, a commenté la découverte à Grozny de sept femmes assassinées qu’elles avaient été tuées à cause de leur « vie immorale ». Un peu plus tard, alors qu’une jeune fille tchétchène avait déposé plainte contre sontre son père trop violent, il a  affirmé qu’un homme devrait être autorisé à tuer sa fille :  » … s’il ne la tue pas , quel genre d’homme est-il?  Il apporte la honte sur lui-même! « 

En Occident aussi, de telles horreurs ont lieu. Scotland Yard reconnait qu’il faudrait examiner au moins une centaine de morts qui sont probablement des crimes d’honneur.

En France, aussi, il y a des crimes d’honneur : ici, ici, encore ici, et puis ici, et ailleurs… Je ne suis pas exhaustive, malheureusement. En France, leurs auteurs sont lourdement condamnés.

Cet article est très long. Il s’arrête là. Sans conclusion.

Parce que ces crimes vont malheureusement se poursuivre.

Parce que, sauf des sites féministes, ou Amnesty international on continuera de ne pas en parler, ou si peu.

Parce que, face à ces horreurs, je reste sans voix.

Edit du 24 juillet 2012 : un autre crime pour l’honneur commis à Versailles aujourd’hui. Une jeune mère de 4 enfants aurait révélé à son époux qu’elle avait été violée. Ne supportant pas cet aveu, l’homme aurait alors roué de coups son épouse à l’aide d’une ceinture, avant de l’achever en lui défonçant le crâne. Le tout sous les yeux des quatre enfants.

Publicités
13 commentaires leave one →
  1. cilia permalink
    13 septembre 2010 09:51

    Passée la première réaction de désespoir total à la lecture de ce billet essentiel, mon sentiment que les choses peuvent s’améliorer reprend le dessus.

    En effet, l’Homme étant ce qu’il est, nous ne pouvons pas lutter contre ces horreurs à travers le monde.
    Nous, occidentaux pouvons, momentanément être bouleversé par un cas comme celui de Sakineh, mais cela ne modifiera pas la condition de la femme (et surtout de l’individu) en Iran, et encore moins dans tous les pays musulmans cités par le rapport d’Amnesty .
    En revanche, je vois que les opinions publiques prennent peu à peu conscience de ce qui se passe chez nous, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas …, et là ça peut bouger, ça peut évoluer.

    Un petit indice, le doc d’Arte sur les « rapports » garçons-filles dans nos pires cités, déprogrammé suite à des menaces, mais reprogrammé fin septembre (le 29/09 à 21h35 je crois, à vérifier).

    Je crois que nous changeons de période.

    N’en déplaise aux antiracistes et gauchistes de tout poil, la période que nous quittons était avant tout celle de l’indifférence.
    Je ne nie pas certaines attitudes racistes, mais globalement, il s’agissait plutôt d’ignorance indifférente.
    A présent, nous sommes entrés, et cela va s’amplifier, dans une période où nous (occidentaux) allons mettre notre nez dans « leurs » affaires en Occident.

    A terme, c’est une très bonne chose, même s’il faut trop de décennies pour arriver à un résultat satisfaisant et que j’aie la possibilité de m’en réjouir de mon vivant.
    Dans le présent et le futur proche, en revanche, j’imagine que ce sera assez désagréable à vivre pour les musulmans de nos contrées qui aspirent, globalement, à ce qu’on les laisse tranquilles (et ça se comprend).

    Je peux évidemment me tromper. Je peux évidemment compenser, inconsciemment, afin de supporter ces horreurs et limiter ma désespérance en l’humain.
    Ou pas.

    Je finirai en disant que je crois que toutes les ondulations d’opinion, désordonnées, exagérées, conséquentes à tel ou tel fait divers ou attitude peu répandue mais portée à la connaissance de tous, sont un peu de la terre qui font les briques qui, peu à peu, construisent l’édifice de la résolution du problème.

    Vous étiez, Pourquoi…, très critique contre le mouvement anti-burqa.
    Je comprends la distance que vous dictait votre intelligence personnelle.
    Mais, à l’échelle des peuples, des hommes bien réels, je crois au contraire que ces réactions sont, au niveau local, de la même nature que celles que vous appelez de vos vœux au niveau international.

    Merci pour ce billet.

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    13 septembre 2010 19:13

    @Cilia,

    Merci de votre commentaire.

    Vous avez raison sur l’espoir à garder et sur la terre qui fait les briques de demain. C’est pour cette raison que j’ai voulu parler de toutes ces femmes. Nous ne pouvons être émues que par ce que nous connaissons et ma brique à moi, hier, c’était de donner un modeste, mais tout de même coup de pouce à la connaissance de leur sort.

    Si vous avez cliqué sur le lien de Mukhtaran Bibi, vous avez vu qu’elle se bat aujourd’hui contre ces crimes dans son pays…. Elle et toutes les autres qui survivent ou qui ne veulent pas que cela arrivent à leurs filles, et qui comme elle, luttent ou demain lutteront, sont elles aussi les briques d’un demain meilleur.

    En écrivant ce post ci, je me suis reposée la question de ma position anti-anti-burqa… Il y a deux arguments qui fondent ma position :

    1 – celles qui ne peuvent sortir de chez elles sans être enfermées dans leur prison de tissus, resteront chez elle, dans une prison de pierre et n’auront plus aucune chance de rencontrer d’autres personnes, d’autres idées, des aides peut-être. Je rève peut-être mais j’ai envie de réver.

    2 – c’est encore sur des femmes qu’on fait peser une législation, une contrainte : pas assez habilée, t’es punie ; trop habillée, t’es punie.

  3. Tony permalink
    14 septembre 2010 11:03

    Cela donne envie de vomir et à se demander ou est ce que l’on vit … que ce soit en France ou ailleurs…

  4. cilia permalink
    14 septembre 2010 12:50

    Pourquoi ….,

    Vos arguments sur le niqab partent de bons sentiments, mais …

    Je ne crois guère à l’enfermement total et surtout définitif des femmes si le niqab était interdit.
    Il faut bien faire les courses, amener les enfants à l’école et les en ramener, effectuer les démarches administratives etc…
    Mon petit doigt me souffle même que cet argument, quand il est posé par les femmes qui le portent et les hommes qui l’imposent, n’est qu’une grossière technique de culpabilisation.

    Rappelez-vous, lors du débat sur le port du voile à l’école, la même astuce était employée : rendez-vous compte, si on l’interdit, combien de filles et de jeunes filles ne pourront plus aller à l’école, les pauvres, elles devront rester chez elles, étudiant avec le CNED toussa toussa.
    Et puis la loi est passée, et les donzelles ont continué à aller à l’école.

    Par voie de conséquence, je ne pense pas que votre point 2 serait si crucial.
    S’adaptant à l’interdiction, les femmes concernées ne seraient donc pas sanctionnées.

    D’autre part, si je comprends fort bien votre angle de vue féministe (que je ne peux que partager quand je lis votre billet) , je ne crois pas qu’il serve, in fine, la cause des femmes si il est utilisé pour ne pas faire les efforts nécessaires à l’amélioration de la situation.

    On ne peut pas faire l’économie des efforts des femmes si l’on veut faire évoluer la condition des femmes.
    Bien sûr qu’il faut garder le sens des proportions et ne pas tomber dans une sorte de dictature de la conscience féministe, mais Pourquoi…, ne pensez-vous pas que l’effort demandé à ces femmes de passer du niqab au hijab soit si grand et si douloureux en comparaison de ce qu’on lit dans votre billet et ses liens ?

    Si l’on veut que ne se répandent pas en Europe ces pratiques abominables, il faut borner les pratiques de l’islam, œuvrer pour qu’un islam réformé émerge, avec l’espoir que cela fasse tache d’huile sur toute la planète.
    Alors si quelques femmes, en France, ne sont pas assez intelligentes ni assez aimantes pour le genre humain et leurs propres sœurs parmi lui, pour abandonner une coutume patchoune préislamique qu’elles ont adoptée il y a quelques mois, ou assumer de payer quelques amendes, franchement, tant pis !

  5. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    14 septembre 2010 20:10

    @Tony, oui. Mais il y a aussi des hommes, come vous, qui ne comprennent pas ces comportements. Un meilleur avenir passe par vous.

    @cilia : c’est vrai que les femmes doivent s’aider à gagner leur égalité, leur respect, etc. Mais je n’arrive pas à croire que cela passe par des chiffons ….
    Qu’importe, le Sénat vient de voter la loi interdisant la burqa. Donc, ce que je pense et/ou ce que j’écris est sans influence. 😉

    Mais comme il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, je continuerai.

  6. cilia permalink
    14 septembre 2010 20:41

    Oui.

    Et puis comme il est nécessaire de croire qu’on peut, ne serait-ce qu’un tout petit peu, avoir prise sur une pensée différente de la sienne, je crois que je vais arrêter.

  7. René de Sévérac permalink
    27 septembre 2010 08:15

    Pardonnez moi.
    Je n’ai pas achevé la lecture de cette litanie de crimes odieux.
    Je ne connaissais le thème de la lapidation que par la réaction de Jésus particulièrement moderne. Et je croyais ce monde révolu et que le fait ne pouvait que refléter un passé archaïque.

    En tant que mâle, je ne me sens pas à mon aise.
    Que des chrétiens soient impliqués me révulse.

    Amen.

  8. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    27 septembre 2010 20:05

    @René

    Bonsoir.

    Vous avez raison. L’horreur est que la lapidation et les crimes d’honneur soient à ce point d’actualité.
    Des hommes sont impliqués. Des chrétiens aussi, parfois. Des femmes aussi, certainement, parfois.

    Je peux comprendre le poids de la « coutume » dans certains villages soudanais : pas de connaissance d’autre chose, pas de possibilité de fuite, pas de possibilité d’une autre vie….

    Mais ailleurs, je ne comprends pas. A Londres, je ne comprends pas. En France, je ne comprends pas.

    Mais il y a tellement d’autres choses que je ne comprends pas, tellement d’autres crimes que je ne comprends pas.

  9. perquenco permalink
    25 mars 2012 15:25

    paix à Fakhra Yunus, elle vient de se suicider, elle n a pas eu de justice.

  10. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    25 mars 2012 18:49

    @perquenco

    Paix à son âme.

    Prions pour toutes les autres.

  11. 18 juillet 2012 22:29

    Des crimes de « prétendu honneur » qui n’est que l’honneur phallocrate et patriarcal… il faut mettre à bas ce système oppressif – je n’ai peut être pas donné tous les exemples que vous avez regroupés mais il me semble qu’il ya quelque complément à lire là http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/feminicides-sans-honneur.html
    http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/retour-vers-le-futur-feminicide.html
    je n’ai pas dit les hommes, j’ai dit système —
    Il y a une première chose à mettre en place c’est une interdiction des violences féminicides coordonnée http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/but-blog-buts.html

  12. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    19 juillet 2012 06:59

    @Christine

    Vous avez raison. Bien sûr que c’est un honneur phallocrate et patriarcal. Et à vrai dire, je considère même que c’est du DEShonneur ! Tuer n’est jamais à l’honneur de quiconque.
    Vous avez raison aussi quand vous parlez de système et pas seulement des hommes : dans les crimes que j’ai cités, nombre d’entre eux ont été perpétrés avec le soutien des autres femmes du groupe.

Trackbacks

  1. Le féminisme, ce qu’il est, ce qu’il n’est pas. Peut-être. Ou pas. « Pourquoi se compliquer la vie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :