Skip to content

Le Japon, fier de ses vieux, oui mais, non

13 août 2010

Nous nous souvenons tous de la canicule de 2003 et de tous nos vieux, morts sans que leurs familles et leurs voisins ne s’inquiètent.

Ce seront finalement 57 corps parisiens non réclamés qui seront inhumés en septembre en présence du maire de Paris et en l’absence de leurs familles et de leurs amis. Soit ces morts avaient vu toute leur famille et leurs amis mourir avant eux, soit il n’avaient pas/plus d’amis et leur famille se fichaient éperdument d’eux.

Depuis, la France choquée a mis en place un système de surveillance de ses vieux et commerçants et voisins n’hésitent plus à prévenir les services de police quand ils n’ont pas vu leurs clients ou leurs voisins depuis un certain temps.

Au Japon, c’est pire. Le Japon caracole en tête des statistiques d’espérance de vie avec, et de loin, le plus grand nombre de centenaires : 40.000 officiels contre 15.000 en France. Sauf que, les japonais ne savent plus si leurs centenaires sont vivants !

Le 29 juillet dernier, Tokyo a voulu fêter dignement son doyen Sogen Kato, 111 ans. Pour organiser la cérémonie, les fonctionnaires ont voulu le rencontrer mais se sont fait éconduire par sa fille qui leur a fait savoir qu’il allait bien mais ne voulait voir personne. Seulement voilà, c’était le doyen et la municipalité a insisté et les fonctionnaires se sont rendus chez lui et ont forcé sa porte : ils ont découvert le viel homme momifié depuis plus de 30 ans. Sa famille a prélevé régulièrement des fonds sur son compte bancaire toujours alimenté par sa modeste retraite. Quelques jours pus tard, les mêmes ont recherché la doyenne de 113 ans. Chez elle, ils n’ont trouvé que sa fille qui leur a dit n’avoir pas vu sa mère depuis 50 ans !

Cette histoire a bouleversé le Japon et le gouvernement a décidé de contrôler la vie de tous ses vieux de plus de 110 ans et qu’un rendez-vous face à face soit organisé pour vérifier juste le fait qu’ils sont vivants. Depuis deux semaines que cette macabre découvert a été faite, il y a encore plusieurs centaines de cent-dix-enaires non retrouvés mais qui continuent de percevoir des retraites.

Parmi tous ces vieux dont on ne sait rien, il y avait probablement un certain nombre de grands emmerdeurs méchants dont on peut comprendre que personne ne voulait plus les fréquenter mais il y a également probablement un grand nombre de personnes discrêtes, qui n’ont pas voulu s’imposer à leurs proches et qui se sont retrouvés de plus en plus seuls. 

Cette histoire montre en tous cas que la famille au Japon n’est plus aussi sacrée qu’avant et que de ce point de vue là, aussi, le Japon quitte ses modes de vie traditionnels et rejoint notre occident matérialiste mais surtout individualiste.

Et puis, elle nous rappelle aussi que l’individualisme mène tout droit à la solitude.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :