Skip to content

De gré ou de force, tu seras père, mon fils

11 août 2010

Je l’ai ! mon premier sujet de râlerie, je l’ai : il est .

Mon titre est un copié/collé à l’envers du titre du dernier papier de ZoneZéroGène, mis en ligne aujourd’hui et écrit par une femme.

En substance, les hommes n’ont pas le choix : la loi permet à une mère et aux enfants de ladite pendant les 10 premières années de leur majorité de chercher leur père et que ce statut de fils de soit officiellement établi. En substance aussi, ce post trouve que cette situation faite aux hommes n’est pas normale et surtout pas égale à celle des femmes qui peyvent décider d’avorter et/ou d’abandonner leur enfant à la naissance et/ou de les congeler, les mettre dans des sacs plastiques, etc.

Ce papier a été écrit avec l’aide d’un avocat pour la partie juridique et je ne m’amuserai pas à le critiquer. En plus, pour autant que je sache, la présentation de la situation juridique est exacte.

En revanche, le côté les femmes ont droit au refus de la maternité et les hommes n’ont pas le droit au refus de la paternité, et c’est pas normal, me heurte.

Cela me heurte pour une collection de raisons :

  • il y a des réalités biologiques incontournables : c’est vrai que l’avortement est réservé aux femmes et qu’un père (sauf harcèlement psychologique) ne pourra contraindre une mère à subir un avortement si elle ne le veut pas.
  • de ce point de vue, les différences biologiques entre hommes et femmes entraînent des différences comportementales qui justifient des différences de traitement législatifs : une femme a beaucoup de mal à abandonner un enfant qu’elle a porté alors que les géniteurs (qu’ils ignorent la grossesse ou qu’ils la refusent) n’y ont guère de difficulté
  • et puis surtout, sauf roman policier, un homme ne se fait pas faire un enfant par inadvertance. Qu’il couche par inadvertance, je le conçois, mais alors s’il couche par inadvertance sans protection, le risque c’est effectivement la paternité.

Soyons clairs : un homme qui ne veut pas d’enfant et qui couche sans préservatif accepte

  1. de faire porter à sa compagne l’intégralité de la charge de la contraception du couple (faut pas s’étonner qu’il rechigne également au partage des autres tâches ménagères), ce qui déjà est fort peu aimable de sa part
  2. de faire totalement confiance à sa compagne, ce qui pour un couple où elle manifeste un désir d’enfant et lui le refus de cet enfant, dénote, rayer la mention inutile : innocence, manque de réalisme, égoïsme (je ne veux pas d’enfant, je te saute quand même et tu te débrouilles)
  3. le risque d’être un géniteur et donc le risque d’une recherche de paternité. 

Les différences biologiques entre hommes et femmes entraînent aussi des différences au regard de la venue au monde d’un enfant  : pour un homme, il suffit d’un instant et c’est donc sur ce seul instant qu’il peut agir pour ne pas avoir d’enfant : il tire ou il ne tire pas. S’il tire, c’est à fleuret moucheté ou pas. Mais le coup parti, il n’en est plus maître.

Un femme, pour être mère, doit y passer 9 mois. Du premier au dernier jour de la grossesse, elle peut (légalement ou pas) agir.

Alors, il y a des égalités qui ne peuvent pas exister en droit et c’est ça, la justice.  

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 12 août 2010 08:46

    Et que faites-vous des accidents de contraception? La pillule n’est fiable qu’à 99%, et je connais des cas autour de moi où ce 1% s’est bel et bien manifesté. Et un préservatif qui peut être défaillant?
    C’est une minorité je l’admets volontiers, mais cette inégalité joue également dans ces cas, où l’homme a agi de façon responsable et se retrouve néanmoins devant une situation qu’il n’a pas souhaitée…
    Je vous souhaite de bonnes vacances 🙂

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    12 août 2010 15:59

    @Floh : c’est ça la vie, être à moitié responsable et que tout ne se passe pas forcément, idéalement, comme on le souhaite. A moitié parce que la pilule, c’est la femme qui est responsable. A mitié parce que le vrai moyen de ne pas être père est tout de même de ne pas faire l’amour. Et le pov chéri qui n’aurait fait l’amour qu’une fois avec un préservatif troué, n’aurait vraiment pas de chance ! Mais la statistique les préservatifs troués veut tout de même qu’on utilise bcp de préservatif pour tomber un jour sur le troué.

    Alors ces cas limites ne justifient pas qu’on change ni la nature ni la loi.

    Et pur un homme, avoir un enfant n’a rien de dramatique : sa seule obligation est de payer une pension alimentaire (s’il y a été condamné) jusqu’à ce que l’enfant ait trouvé un job. Ce n’est pas la mort non plus.

    Mais on ne pourra jamais, sur terre, permettre que tout, toujours se déroule parfaitement.

  3. 20 août 2010 08:33

    Nice blog! I hope i can get more your post everyday! Thanks …

  4. papasterile permalink
    31 août 2010 10:44

    Quand je lis ton commentaire et ton article, tu déconsidères clairement les hommes. Tu réagis comme ceux que tu critiques.

    Quand je lis « Et pur un homme, avoir un enfant n’a rien de dramatique : sa seule obligation est de payer une pension alimentaire (s’il y a été condamné) jusqu’à ce que l’enfant ait trouvé un job. Ce n’est pas la mort non plus. »

    Te rends tu compte de ce que tu écris? Tu estimes qu’aucun homme ne souhaite avoir la garde son (ou de ses) enfants? Tu sembles avoir des idées d’une autre époque. Cela doit être lié à ton expérience, mais il ne faut pas en faire une généralité pour autant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :