Skip to content

Améliorer les résultats scolaires ? par le sport ?!?

25 mai 2010

Comme aujourd’hui le sport est devenu une obligation éthique dont la pratique régulière est porteuse de multiples fruits, pas de maladies cardiaques, pas d’AVC, pas de cancer, pas de chômage,  pas de régime, pas de tabac, pas d’alcool, pas de femmes, euh si, au contraire, pas de retraite à 60 ans, il était normal qu’on le parât aussi de la vertu d’améliorer les résultats scolaires de nos enfants ! C’est chose faite.

Or donc, Monsieur Chatel, ce matin annonce qu’il a l’intention d’expérimenter, dès la rentrée de septembre, dans une centaine de collèges et lycées volontaires un nouveau rythme scolaire favorisant le sport : classe le matin, sport l’après midi. Compte tenu des blocages habituels chez nous, même dans les établissements tests, seules deux ou trois classes seront concernées. Mais enfin, il parait que c’est un test :

Dans les pays où cette expérimentation est étendue, cela a eu des résultats en matière d’absentéisme scolaire. Les élèves peuvent s’épanouir différemment, et cela permet de prévenir la violence. Je souhaite que cette expérimentation vienne nourrir la conférence sur les rythmes scolaires que j’installerai le mois prochain, qui traitera de manière beaucoup plus globale de l’organisation du temps passé à l’école, dans la journée, dans la semaine et dans l’année.

On le voit : il n’est nul projet d’améliorer le niveau de nos enfants. Faut dire aussi, au’avec une semaine de 4 jours, en supprimant les classes de l’après midi, c’est pas comme cela qu’on va permettre aux élèves d’apprendre quelque chose !

D’ailleurs, pour ce qui est du test, les allemands l’ont fait, grandeur nature, ces 40 dernières années.  Et chez eux, la mode, c’est de vanter le système français

Ceci étant, à part faire jaser, à quoi pourrait servir cette mesure si elle était appliquée ?

  1. créer des tas de nouveaux postes de profs de sport,
  2. dispenser de travail l’après midi les profs de pas sport,
  3. entraîner la construction (HQE bien sûr, donc plus cher) de nombreuses installations sportives,
  4. fatiguer les enfants, les ados, ce qui permettrait aux parents de passer des soirées tranquilles,
  5. fatiguer les enfants, les ados ce qui leur fournirait un bon prétexte pour ne pas travailler le soir (oui mais le sport, c’est de la saine fatigue),
  6. avoir 6 matinées de classe par semaine, autrement dit, des semaines de six jours, 46 semaines par an. Ce qui permettrait que les enfants soient occupés autant que leurs parents et éviteraient les problèmes de garde pour leurs 4 mois et demi de vacances alors que les parents n’en ont que 5 semaines !
  7. faire travailler tous les profs comme les autres professions (enfin presque, les profs de sport l’après midi seulement et les profs de pas sport le matin seulement) 
  8. …. vous trouverez sûrement d’autres conséquences.

 

Mais sérieusement, en quoi une telle mesure pourra-t-elle aider nos enfants à se former et à avoir un job qui leur permettra de vivre et de faire vivre leur famille ?

En quoi une telle mesure pourra-t-elle aider nos enfants à avoir des connaissances leur permettant un jugement sûr de nature à leur permettre de faire de bons choix ?

 

 

Publicités
11 commentaires leave one →
  1. 26 mai 2010 02:14

    Les fameux mérites du système allemand…

    Merci de rappeler, comme vous le faites à juste titre, que les Allemands, eux, ont plutôt tendance à envier le système français. J’ajouterai que leurs « demi-journées » sont loin d’être des demi-journées, et que 8h-15h avec peu ou pas de pause déjeuner n’a rien à voir avec un joli 8h-12h à la française. Et que leurs après-midi sont libres, sans aucune contrainte. Le sport n’est pas obligatoire (encore moins le sport en milieu scolaire, qui a longtemps été ma hantise) : si un enfant décide de passer ses après-midi à un cours de peinture ou de musique, grand bien lui en fasse !

    Je suis loin d’être contre le sport, au contraire, je trouve simplement que le sport en milieu scolaire, à forte dose, n’est pas bon pour tout le monde. C’est intéressant tant que ça permet de découvrir des disciplines, de plus se mélanger avec les autres, se dépenser, et pour que les élèves qui ont des difficultés en « classe » puissent trouver un lieu et un moment, dans leur établissement scolaire, où ils se sentent bien et valorisés.
    Mais, pour moi, c’est une des choses de la vie qui doit rester un plaisir. On ne fait pas du sport « parce qu’il faut faire du sport ». Il y a dans le sport d’excellentes valeurs, mais de là à obliger des élèves à faire du sport 3h par jour, 5 jours par semaine, qu’ils aiment la discipline en question ou pas, c’est un petit peu extrême.

    « Mens sana in corpore sano », qu’ils disaient. Seulement on a un peu tendance à oublier qu’on est loin de la relation de cause à effet, ce n’est pas parce que le corps est sain que l’esprit l’est aussi…

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    26 mai 2010 06:49

    Mens sana in corpore sano, c’est un objectif, ce n’est malheureusement pas une relation de cause à effet, vous avez raison.

    Et en Allemagne, il y a un autre effet pervers de ce système : l’absence des femmes au travail.

  3. ephi permalink
    26 mai 2010 11:22

    Etant traumatisée par le sport en collège et lycée, cette potentielle mesure m’épouvante… je n’ai rien contre le sport en général, bien sûr mais j’ai subi une véritable humiliation hebdomadaire pendant toutes ces années. Franchement, obliger des élèves naturellement peu doués à faire des roulades arrières en cours de gym face à la classe entière, en pleine période de complexes adolescents, peut facilement devenir grotesque.
    Et je passe le dédain que je recevais des membres de mon équipe lorsque je n’arrivais pas à rattraper ce misérable ballon…(importance zéro à mes yeux).
    Bref, je soutiens tous les bras cassés qui, comme moi, redoutent cette séance de ridicule qui j’espère ne deviendra pas quotidienne ! Par pitié, trouvez une activité alternative à cette minorité matheuse et/ou littéraire qui préfère les bouquins aux ballons !

  4. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    26 mai 2010 20:15

    @ephi

    Comme j’étais dans la même situation (pour l’athlétisme et les sports de ballon) je vous comprends parfaitement.

    Ceci étant, il ne faut pas oublier non plus l’humiliation de ceux qui sont interrogés sur Dante et qui n’arrivent pas à se souvenir qu’il n’était pas français ou sur Spinozza dont ils refusent de se souvenir que non, il n’était ni italien ni espagnol ! Quelle que soit la matière l’humiliation est la même.

    Le problème, c’est que sauf pour quelques centaines de jeunes chaque année, le sport ne donnera jamais une profession. Lui donner obligatoirement autant de temps qu’aux autres disciplines est un grand foutage de gueule ! A moins que l’école ne soit là pour apprendre la détente…

    Ce genre de système ne parviendra qu’à augmenter les différences sociales et de capacité d’apprentissage théorique. Apprendre, c’est comme le reste : cela s’apprend. Et pour apprendre, sauf ceux qui y ont un talent particulier, ça prend du temps. Et tout le temps qui sera retiré à l’apprentissage entraînera une diminution proportionnelle des choses apprises.

  5. Kassiop permalink
    30 mai 2010 20:58

    « Mais sérieusement, en quoi une telle mesure pourra-t-elle aider nos enfants à se former et à avoir un job qui leur permettra de vivre et de faire vivre leur famille ? »

    Depuis quand l’Ecole est-elle l’antichambre des Entreprises ??

    L’école devrait avoir à former des citoyens, libre-penseur, curieux et ouvert d’esprit.
    Le Sport est une des composantes du bien-être de l’Humain, au même titre que l’esprit scientifique, du savoir-apprendre, et du savoir-être.

    « avoir un job », je n’attend pas ça de l’école, pas du tout.
    Celui qui serai bon en calcul sera comptable,
    et celui bon en dessin travaillera au marketing, etc …
    Je trouve cela triste.

  6. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    30 mai 2010 21:20

    @ Kassiop

    Bonsoir.
    Non, je ne suis pas d’accord avec vous. Ce n’est pas à l’école de former des citoyens, c’est aux parents. Bien sûr que l’école est l’antichambre des jobs. Et si ce n’est pas l’école, je me demande vraiment qui ou quoi cela peut-être.

    Qu’en complément de l’instruction, l’école ajoute des cours d’instruction civique et de morale, ce ne peut-être que positif. De ce point de vue là, je suis d’accord. Mais ce n’est pas des après midi de sport obligatoire qui y pourvoira, c’est bien au contraire desaprès midi de classe.

    PS : même les acteurs, les artistes ont des écoles …. Ce serait chouette si on pouvait avoir un job sans apprendre….

  7. Kassiop permalink
    31 mai 2010 00:01

    Merci de votre réponse,
    Je ne crois pas que nous arrivions à être d’accord, car j’aime trop la discutions pour lâcher le morceaux.

    Premièrement, j’aime bien les arguments absurdes, poussé à l’extrême, pour voir et éliminer les branches pourries d’un raisonnement, ça permet de faire le ménage.
    Le plus difficile, c’est de le faire comprendre et de le faire pratiquer par d’autre;
    alors essayes pour voir:
    * l’école est un lieu d’apprentissage des fondamentaux (lire,écrire, compter) et de savoir apprendre, et épanouissement de l’enfant/ado, et de révélations des potentiels.
    * l’école n’a pas à former aux jobs, il existe les CFA (apprentissage), l’AFPA (pour les Adultes) et les lieux de formation spécialisée (« école » de journalisme etc) et les entreprises elle-même (Tutorat, Stage, Plan de Formation interne)

    Pour répondre aux différents points soulevés :
    * Former des citoyens :
    la première étape, la plus importante est l’action des parents (amour protecteur, confiance en soi et découverte du monde),
    et l’étape suivante la socialisation, est essentiellement faites lors des premières relations importantes qui ont lieu à l’école,
    et pour finir le former à la politique, dans le sens premier(du grec polis et politikos) de intéresser aux affaires de la cité (de son quartier, sa banlieue, sa ville, sa région,son pays par extension, et son continent, et le monde pour finir)
    C’est une action commune, où chaque acteur (parents, enseignants, éducateurs, adultes) est co-responsable à divers degré de l’exemple, et de l’éducation de nos générations en devenir.

    * L’école est l’antichambre des jobs :
    je dirai que je suis contre une école de ce type-là, autant les envoyer à la mine dès 12 ans, on s’embêtera moins.
    cf au-dessus pour la distinction, et cf « université populaire » pour une autre vision.
    Pour une école de qualité, les choix sont nombreux, les paramètres innombrables, les possibilités très touffues, mais il est possible de supprimer des branches pourries.

    * les acteurs, les artistes ont des écoles : ils ont des lieux d’apprentissage de leur métier, improprement nommés écoles, comme les journalistes, les ingénieurs et pleins d’autres.

    * si on pouvait avoir un job sans apprendre : J’ai jamais dit ça, pour préciser (encore) :
    l’école doit apprendre à savoir apprendre, ouvrir l’esprit critique, initier la méthode scientifique (doute, hypothèse, expérimentation), et former le citoyen.
    Le Job s’apprendre ensuite, après dans des instituts spécialisé par métiers (« école » de journalisme, de cirque) ou directement par l’entreprise demandeuse d’une spécialisation (formation professionnelle).
    Les buts, les moyens, les financements et les contraintes ne sont pas les mêmes.

    Pour finir, revenons à nos moutons : le sport l’après-midi
    « Mais ce n’est pas des après midi de sport obligatoire qui y pourvoira, c’est bien au contraire des après midi de classe. »

    Je ne pense pas que le bourrage de crâne durant 8 heures par jour soit très efficaces,
    nos enfants ont besoin de temps de pause, de respiration de l’esprit, de vivre leur enfance.

    J’aime pas les notes qui les étiquette (cf effet pygmalion) et les enferme dans leurs « aptitudes »

    J’aime pas les contrôle qui les mettent sous pression car ils stigmatisent leur erreurs et leurs manquements, au lieu de récompenser leur réussite et leur savoir déjà acquis.

    J’aime pas les programmes scolaires à respecter dans l’ordre, à la lettre, comme si une enfant ne pouvait pas comprendre plus vite ou plus lentement que ces camarades de classe.

    Par exemple : à douze ans, en 6°, équation du premier degré, alors que j’avais compris bien avant comment ça fonctionner, et que certains de mes amis ont du attendre un an de plus (5°) pour bien comprendre le truc : une lettre, c’est comme un chiffre mais inconnu.

    Alors, oui au sport l’après-midi, oui aux autres activités non-scolaires (arts, musiques, etc).
    oui à l’éveil de nos enfants, et non au bourrage de crâne.

    Merci de m’avoir lu.
    De la part d’un matheux à lunette, qui n’aimais pas le sport,
    et à découvert le roller bien tard

  8. Kassiop permalink
    2 juin 2010 21:37

    http://www.luxediteur.com/autodefenseintellectuelle

    Rédigé dans une langue claire et accessible et illustré par Charb, cet ouvrage constitue une véritable initiation à la pensée critique, plus que jamais indispensable à quiconque veut assurer son autodéfense intellectuelle.

    On y trouvera d’abord un large survol des outils fondamentaux que doit maîtriser tout penseur critique : le langage, la logique, la rhétorique, les nombres, les probabilités, la statistique etc. ; ceux-ci sont ensuite appliqués à la justification des croyances dans trois domaines cruciaux : l’expérience personnelle, la science et les médias.

    « Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle. »
    Noam CHOMSKY
    Normand Baillargeon enseigne les fondements de l’éducation à l’université du Québec à Montréal. Il est l’auteur de L’ordre moins le pouvoir et de Les Chiens ont soif chez le même éditeur. Il collabore régulièrement au journal Le Couac et à la revue À bâbord!.

  9. Athénaïs permalink
    7 juin 2010 10:15

    Je suis d’accord avec vous, le sport à outrance ne règlera pas nos problèmes d’éducation.

    A mon avis, remanier l’école serait une excellente chose, mais comme le dirait mon prof de sociologie : des réformes sans objectifs et bilan, ça ne sert à rien! Or, en France, on fait des réformettes, tout le temps, sans expliquer aux profs ce que l’on attend d’eux, ou alors en les prenant pour des surhommes. J’imagine que cette volonté, subite, de réformer l’école vient aussi de ce constat affligeant.

    Pour ma part, si je devais réformer l’école, avant de parler horaires et rythme, je parlerais contenu.

    – le retour au bon vieux certificat d’études de mes parents
    – le retour des cours d’éducation morale ou civique (oui, parce que mes cours d’éducation civique de primaire et collège étaient bien plus axés « qui fait quoi » que « que dois-je faire pour avoir un comportement citoyen »
    – la philo en terminale? pourquoi pas avant : surtout pour une matière si importante, ce n’est pas un an avant les études supérieures que l’on doit habituer les élèves à réfléchir par eux-mêmes et à confronter leurs idées à des grands courants de pensée
    – un peu moins de brassage d’air et beaucoup plus de lecture et d’écriture : quand je vois mes camarades de fac écrire, j’ai souvent envie de pleurer tant c’est ridicule

    A mon avis, le seul truc à envier au système allemand, c’est leur manière de limiter la casse pour les élèves en difficultés par leur possibilité d’apprendre des métiers professionnels plus tôt, plus jeune, et leurs systèmes de passerelles.

  10. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    13 juin 2010 17:31

    @Kassiop

    Désolée de n’avoir pas répindu plutôt mais ces dernières semaines ont été très dures pour moi : événements privés auxquels je ne pouvais échapper s’ajoutant à une période professionnelle de surcharge de travail (avec des dead lines mortelles).

    Aujourd’hui encore, je travaille et ne suis venue que me distraire (et surveiller mon blog)

    En revanche, je reviendrai vous répondre un peu plus tard, voire faire un post qui nous permettra de discuter sur « à quoi sert l’école ». Car je ne crois même pas que l’école d’aujourd’hui serve même seulement à apprendre l’esprit critique….

    @Athénaïs
    Merci de votre commentaire. Et voir ce-dessus pour mon absence de réponse….

  11. ivan permalink
    16 décembre 2010 16:22

    Je suis un jeune camerounais en Master 2 en sciences et techniques des activités physiques et sportives à l’institut nationale de la jeunesse et des sports de Yaoundé.(INJS)
    jectrouve cette discussion for interessante car elle a un lien avec mon theme de mémoire:COMMENT AMELIORER LES RESULTATS SCOLAIRES PAR LA PRATIQUE DU SPORT.
    je travail avec un groupe de jeunes que j’entaine depuis 4 ans et leur resultats scolaires ceux sont vraiment améliorés.il est question maintenant de trouver un mode d’emploi logique,efficace,efficient,et effectif.j’espere que nous pourrions échanger sur la question.

    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :