Skip to content

Les serviettes hygiéniques au plein soleil

13 février 2010

Vive Elisabeth Badinter ! Je ne pensais pas que je dirai cela un jour, mais ça y est.  Bon, je ne le pense que modérément, mais tout de même. Je ne le pense pas non plus pour son nouveau thème de bataille, mais tout de même.

Après avoir écrit il y a dix ans un ouvrage censé démontrer que l’instinct maternel n’existe pas, dans son dernier pamphlet tout juste paru, Le Conflit. La femme et la mère, Elisabeth Badinter veut faire la peau au nouveau naturalisme maternisant qui serait le nouvel ennemi des femmes. En trente ans, une révolution se serait opérée dans la conception de la maternité pour transformer toutes les mères en mères parfaites et du coup, leur interdire toute carrière professionnelle. Selon elle,

Dans les années 1970, élever des enfants était d’une incroyable légèreté. Il ne serait venu à l’idée de personne de tancer une femme enceinte parce qu’elle fumait ou buvait un verre. Nous avions nos enfants très jeunes et nous les laissions à la crèche sans nous poser de question. Cette liberté a disparu sous une somme de devoirs nouveaux qui définissent la bonne mère, alourdissent sa tâche et aiguisent le conflit entre la femme et la mère.

Ce serait le résultat de l’influence de médecins, ceux qui recommandent aux femmes enceintes de ne pas boire, ne pas fumer, puis après la naissance, Edwige Antier et Boris Cyrulnik en chefs de file, de ne pas séparer l’enfant de sa mère pendant la première année pour lui permettre d’acquerir une sécurité fondamentale qui en fera un être autonome à l’âge adulte.  Elle incrimine aussi  la Leche League qui insiste sur les bienfaits de l’allaitement maternel des petits, et enfin les couches et les serviettes hygiéniques lavables. 

Sur les bébés, personnellement, si j’avais encore l’âge d’être directement concernée, je préfèrerais suivre l’avis d’Antier et de Cyrulnik plutôt que celui de Badinter.

Mais, autant que je le dise tout de suite et tout net : je suis d’accord avec elle sur un point, les couches et les serviettes hygiéniques lavables, c’est pas bon pour les femmes. C’est peut-être bon pour l’écologisme intello-bobo mais pas pour les femmes. C’est encore un nouveau truc qu’on va faire peser sur les femmes.

Moins de lessives, c’est toujours bon pour les femmes.

Ne nous leurrons pas, nous n’aurons aucune chance de faire participer nos hommes aux lessives si ils doivent laver les couches de bébés et nos serviettes hygiéniques. Pour celles et ceux qui ne le savent pas, les guides d’utilisation des couches lavables recommandent  

Déposez les couches souillées dans un sceau fermé sans les rincer ou les faire tremper. Pour les couches contenant des selles, grattez simplement  le tout à l’aide d’une cuillère et déposez les selles dans la toilette. Ensuite, vous n’avez qu’à les mettre avec les autres couches souillées dans le sceau. Les couches peuvent rester ainsi jusqu’à 2 jours sans problème. Un peu de bicarbonate de soude peut être déposé dans le fond du sceau avant de mettre les couches, ça filtrera les odeurs.
 
– Le lavage : Très important d’utiliser un savon doux, sans assouplisseur et idéalement biodégradable. Les noix de lavage sont un excellent choix. Vous pouvez légèrement rincer à la main les couches qui contenaient des selles.

Chouette corvée. Des mamans qui l’ont fait ajoutent tout de même que l’odeur quand on vide le seau est horrible. Ca se lave en machine en même temps que les bavoirs, draps et autres oreillers. Re chouette : le bavoir lavé avec les couches souillées…

 Pour les serviettes hygiéniques, on peut même les faire soi-même en recyclant de vieux vêtements ! Les recommandations pour le lavage des ces serviettes sont les mêmes : le seau, puis la machine à laver avec les serviettes de table. Re-re chouette. Mais on ajoute, pour éviter les taches : faire sécher sur la corde au grand soleil. Et, quand on n’a pas de corde à linge ou pas de soleil ? Je n’ai pas trouvé de réponse.

Vive le XXIème siècle en occident ! Comment être certain de ramener les femmes aux tâches ménagères ? l’écologie. Comment veiller à leur liberté : réglementer leurs vêtements : interdire la burqa, les obliger à porter ces serviettes fait maison, et bientôt les forcer aussi à coudre elles-mêmes les vêtements de leurs enfants, puis les leurs, puis ceux de leurs hommes…

C’est vrai qu’ensuite, si il leur reste du temps et du courage elles pourront vraiment manger bio en faisant pousser elles-mêmes leurs fruits et légumes. J’atttends avec impatience le blog « comment tuer soi-même son poulet » !

Alors OK, je suis vieille, pas concernée du tout par la nature ni par les nouveaux modes terroristes de pensée pour ranger mes affaires je préfère une commode marquetée (artisanat d’art) plutôt qu’un empilement de cagettes, j’aime le progrès ya qu’à voir, j’ai un blog,, encore que je persiste à faire moi-même la cuisine,  mais au secours, où est le mieux de ces nouvelles pratiques ?

 

Publicités
9 commentaires leave one →
  1. 13 février 2010 19:20

    je suis moi aussi assez agacée par certains points de vue de Badinter, tout en pensant que cette femme est toutefois intéressante et fait avancer le débat.
    (j’en ai fait un billet sur mon blog hier!)

    mais c’est vrai que concernant les couches et serviettes hygieniques lavables, je ne peux qu’aquiescer:
    tout est fait pour compliquer la vie des femmes! mais comment peut-on, en 2010, sérieusement encaisser cette culpabilisation Yann-Arthus-Bertrandienne, et se faire à l’idée qu’on va gratter de la merde tous les soirs entre l’apéro et le diner?
    Foutez-la paix aux femmes, les écolos! et dire que Nathalie Kosciusco-Morizet, jeune maman de 2 enfants, avait émis l’idée de taxer les couches jetables…

    et puis, concernant les serviettes hygiéniques: j’ai un truc encore plus écolo, tiens: faire des enfants tous les ans! ainsi, la femme, toujours enceinte, n’aura presque plus de règles, donc n’aura plus besoin de gâcher des tampax, et ça, ça contribuera vachement à sauver la planète! (CQFD)
    (bon, y’aura juste le retour de couches qui sera un peu galère, mais la jeune accouchée pourra toujours trouver 5 minutes entre deux têtées pour laver ses langes ensanglantés, non?)

    on marche sur la tête.

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    13 février 2010 19:26

    Oui, on marche sur la tête !

    En fait j’ai pensé à vous en écrivant ce papier : vous avez, sauf erreur de ma part, décidé de vous occuper de votre fille à plein temps.

    Puis lancé votre nouvelle activité professionnelle entrepreneuriale (youps, le néologisme).

    Comme quoi, oui, on peut être mère (pour le bien de son enfant) et pas seulement reproductrice et avoir un job….

    Même pour les jeunes mamans d’aujourd’hui….

    Je n’ai pas été connectée à internet depuis samedi dernier, alors je me jette sur votre post.

  3. marion permalink
    13 février 2010 21:12

    Attention commentaire glamour et intime bonjour. Bon faut bien que je finisse par assumer, hein !

    J’utilise des serviettes lavables (la nuit) et une coupe menstruelle (le jour). Et pas parce que c’est écolo (quoi que) mais surtout car :
    – le coton c’est beaucoup plus doux pour ma peau que le plastique qui m’irrite. Je les rince vite fait à l’eau froide et les lave à 60 avec les serviettes de toilette à la fin de la semaine. Je les sèche comme le reste et vraiment ça me prend pas plus de temps que d’étendre le reste de mes culottes (et vous conviendrez que les culottes c’est pas le pire en matière de lessive)
    – les coupes menstruelle se laissent beaucoup plus oublier qu’un tampon, laissent moins de trace dans la culotte (je vous avais prévenu c’est glamour), et ont une contenance bien supérieure. Je fais des nuits de 10h donc j’évite de les porter la nuit, mais je le ferais si je dormais moins. Il y en a des roses, des vertes, des bleues, si vous voulez assortir à vos lunettes c’est possible.
    – question budget c’est vite rentabilisé, franchement le prix des serviettes jetables et tampons mine de rien c’est exorbitant au bout d’un moment!

    Ma mère m’a raconté que pour avoir le droit d’acheter des serviettes jetables, elle a du se battre des années avec sa mère. Donc je comprend votre horreur face aux serviettes lavables. MAIS elle a aussi avoué que les coupes menstruelles c’est une sacré bonne invention.

    Donc voilà, pour moi, accuser l’écologie c’est se tromper de cible. Le problème c’est le partage des tâches ! J’ai un copain jeune papa qui lange, lave les couches et prépare les purées de sa fille car sa femme est éleveur laitier et travaille par conséquent énormément. Donc il ne faut pas perdre espoir, c’est jouable ! 🙂

  4. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    13 février 2010 23:08

    Dont acte.

    J’ignorais tout des coupes jusqu’à ce matin que j’ai fait mes recherches pour ce post ….

  5. Leandra permalink
    19 mars 2010 01:26

    Ben on va pas sacrifier l’écologie au profit d’une soit-disante non-libération de la femme, surtout que votre raisonnement suppose que c’est uniquement les femmes qui vont faire la lessive, si on pense toujours comme ça on va pas aller bien loin..
    Comme l’a très bien fait remarquer marion, il existe la coupe menstruelle qui remplace le tampon d’une manière plus écologique, économique et meilleure pour la santé (pas de risque de syndrome du choc toxique). En cas de petites fuites, il y a des serviettes biodégradables (même si c’est quand même toujours mieux d’utiliser celles en tissu vu que même biodégradable ça prend de l’énergie à fabriquer).
    Y’a les mouchoirs aussi, tout le monde a l’air de trouver ça normal de gaspiller un kleenex à chaque fois qu’ils ont envie de se moucher (ou autre besoin), alors que les mouchoirs en tissu c’est beaucoup plus écologique et économique.
    Les couches… bah les deux parents peuvent s’occuper de les laver hein, je vois pas pourquoi ce serait à la femme de le faire. Sinon y’a mieux : pas faire d’enfant 🙂 Chaque personne qui nait représente une charge de consommation, et donc de pollution, supplémentaire. Vu la croissance ultra rapide de la population actuelle et celle des problèmes environnementaux, je pense qu’une personne censée devrait y réfléchir à deux fois avant de créer un nouvel humain.

  6. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    19 mars 2010 16:28

    C’est toute la question du malthusianisme qui ressort périodiquement. Personnellement, je trouve cela d’un pessimisme achevé et je refuse d’y adhérer. Il y a 300 ans, les blés étaient fragiles et aujourd’hui, ils sont résistants. Le progrès a ceci de mystérieux que tant qu’il n’est pas là, on ne sait pas à quoi il ressemblera.

    Par ailleurs, non ancêtres n’ont pas cessé de rechercher les progrès pour nous simplifier la vie et nous améliorer la qualité de vie.

    Et non, je ne veux pas y renoncer non plus au profit d’une pensée pessimiste.

    Ceci étant : vous avez raison, tout être humain est un consommateur d’oxygène et d’énergie et il vaut mieux ne pas en faire d’autres. D’autant que de toute façon les bébés grandissent et finissent par mourir. Donc il n’y a pas vraiment intérêt de les mettre sur terre.

    Enfin, quand on est pessismiste pour soi, c’est franchement ignoble de faire venir sur terre un nouvel être humain à qui faire partager une vie désagréable et sans espoir. Je suis d’accord avec vous.

  7. MORVAN ANNIE permalink
    24 mai 2011 09:57

    Elizabeth Badinter pfffff !!! qu’en savent-ils ceux -là qui ont des nounoux pour s’occupé de leurs rejetons ? que connaissent-ils des lavables ,des serviettes écologiques ,des crottoirs pleines de déjections de leurs klebars ? demandons le nous !!! de quoi je me mèle monsieur Aldo Naouri de faire interdire les doudous dans les cours de maternelle et merci proffeseur Delion qui luttez contre le proffilage de nos enfants dans les écoles et ce en bas age et qu’il faudrait signalé à l’académie comme étant de futurs cas sociales !!! mais ou va -t-on ?
    Et si on se dévouait mes dames pour envoyé à la porte de l’Elysée un nécéssaire des petites gents respectueux des fesses de leurs bébés au petit futur Sarkosy qui va arrivé bientot et mettre des guirlandes de layette aux fenètres du Palais !!! souvenons-nous que notre ministre Koschiusko-Morizet lange sa fille en lavables sisi …
    Vous comme moi mesdames ne faisont pas de politique mais s’ils veulent crée une émulation dans nos rangs qu’ils prennent garde aux bruits de la rue !!! vous toi moi utilisons pour nos chérubins les changes lavables ,dans le fond de nos culottes les SHL et ça ne regardent que nous !!! depuis le jour ou les maternités nous mettent sous le fait accompli de malades ,nous refilent presque avec obligations les cartons bourrés de saloperies immondes couches crèmes et serviettes postpartum ça suffit madame Badinter allez voir dans les rues et faites enseignés dans les cours ménagés ainsi que les PMI le sens de l’économie et surtout apres des assitantes sociales qui renseignent les familles qui se font fichés à la BANQUE DE fRANCE !!! le principe que les couches jetables engorgent nos poubelles et qu’il est encore temps de faire quelque chose pour cette génération qui nous arrive dessus et à qui l’on vole leurs héritages une terre ou vivre , de l’eau pour arrosé le jardin et la boire , une alimentation autre que celle donnépar l’industrie laitière nourri à grands volumes de mais arrosé à grands renforts d’eau !!!Réfléchissons aux enjeux …

  8. Nico permalink
    28 février 2013 16:26

    Présenté comme ça, effectivement ça donne pas envie. N’empêche… je me suis mise aux serviettes hygiéniques en tissus lors d’un voyage au Congo, où je n’étais pas sûre de trouver des magasins qui en vendent à tous les coins de rue (et même là où on en vend, je prix est prohibitif : normal, c’est utilisé exclusivement par les femmes occidentales, censées avoir plein de sous). Et puis c’est resté. Beaucoup plus doux et agréable à porter que les serviettes en plastique (moins d’irritation, en cas de chaleur, lorsqu’on est sportive… ). Bien plus économiques (même argument : je suis passée aux mouchoirs en tissus). Et niveau lavage, vu que j’ai pas de machine à laver, ça ne me change pas des masses de les faire à la main. Et non, j’ai pas de corde à linge, elles finissent sur l’étendage dans le salon avec les reste des fringues (et le tout sans taches) XD
    Et sinon, pour ce qui est de tuer le poulet soi-même, j’ai appris à l’âge de treize ans…. aux scouts XD

  9. 16 juillet 2013 20:01

    Bonjour,
    J’utilise une moon cup et je suis sensible au bien fait des serviettes hygiéniques lavables.
    et c’est pour cela que j’ai decidé d’aider des femmes et jeune filles au Kenya.
    Je pars au Kenya en août pour mettre en place un projet qui me tient à coeur : faire confectionner des serviettes hygiéniques lavables pour des jeunes filles et femmes de l’île Mfangano au Kenya.
    Un projet triple action comme les lessives lol :
    1/ Aider la population démunie
    2/ Développer l’économie locale
    3/ Protéger l’environnement
    Nous avons déjà récolté 2300€ sur les 4500€ dont nous avons besoin pour mettre en place ce projet
    Vu votre blog, je suis sûre que vous êtes sensibles à ce type de projet qui correspond à votre idéologie.
    Vous pouvez découvrir notre association sur http://www.karibureve.com/ et nous rejoindre en tant que donateurs sur http://fr.ulule.com/karibu-reve/
    .
    Je reste à disposition pour tout complément d’information.
    Anne Baron
    Présidente de l’association Karibu Rêve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :