Skip to content

Les papes, Pie XII, Jean-Paul II, Benoît XVI et le monde

28 décembre 2009

B XVI C’est Benoit XVI en photo. J’aurais aussi bien pu mettre Jean-Paul II ou Paul VI. Mais j’ai un vrai faible pour BXVI.

Quand j’ai vu les premières images du nouveau pape, lorsqu’il est venu à ce balcon sourire à la foule qui se tenait là, impatiente de connaître son nouveau pape, son sourire était merveilleux : il reflétait une telle bonté, un tel amour que je me suis sentie aimée, même au travers de la lucarne qui me le montrait.

_Jean-PaulII-BenoitXVI_mC’est certainement parce que je suis catholique que j’ai réagi ainsi, peut être aussi parce qu’à l’instigation de mon curé, j’avais prié pour que l’Eglise se trouve un nouveau chef. Pas évident de succéder à Jean-Paul II !

Si j’ai d’abord voulu en parler, c’est que j’étais sidérée par les réactions des blogs ou des forums à propos de l’avortement, de l’euthanasie et de la contraception, en ce compris bien évidemment tout ce qui tourne autour du diptyque préservatif/sida et surtout que je voulais faire part de ma stupéfaction devant ces réactions exagérées :

  • le pape parle de ce qu’il veut, mais soyons clairs, ses paroles ne peuvent avoir d’influence que sur les catholiques (…et encore … dans ce domaine de la sexualité, pas tant que ça)
  • je ne comprends ni comment, ni pourquoi, tous ceux qui n’ont rien à faire de la religion en général et du catholicisme en particulier, peuvent se sentir concernés par les prises de position des papes et de l’Eglise catholique,
  • surtout que les interdits allégués n’ont pas force de loi : cela n’aboutit ni à l’interdiction de vendre des préservatifs, ni à l’interdiction de l’avortement, ni à l’emprisonnement pour ceux qui ont les pratiques que le pape désapprouve,
  • enfin et surtout, parce qu’il parlent et râlent sans savoir exactement ce qu’ont dit les papes (Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI) sur le sujet !

J’avais commencé cet article il y a près de deux mois et je ne l’avais pas terminé parce que je n’avais pas le temps de rechercher les déclarations des papes que je voulais rapporter ici. Et entre le projet et le post, l’actualité est venue tout modifier : Pie XII a été déclaré vénérable par Benoit XVI.

L’internet est un lieu inégalé d’expression. C’est aussi un lieu inégalé de réactions. En laissant le temps passer et en cherchant bien, l’internet peut même être source de connaissance et de réflexion. Wikipedia, encyclopédie « participative » qui ne met en ligne que ce qui « fait consensus » pourrait tout de même être une première source facile de recherche d’information ….

Et donc, Pie XII est un pape dont le seul nom entraîne un déferlement de contre vérités d’ordre général. Très peu de personnes connaissent l’histoire du Vatican, et encore moins l’histoire du Vatican sous le régime mussolinien. En revanche nombre de prétendus intellos (ceux pour qui aimer Costa Gavras est un signe d’intelligence) ne connaissent de cette époque que la pièce Der Stellvertreter, le Vicaire en Français, fiction de Rolf Hochhuth critiquant l’action du pape Pie XII durant la Seconde Guerre mondiale, en particulier à l’égard des Juifs. La pièce est jouée en 1963 en France pour la première fois dans une adaptation et une mise en scène de Jorge Semprun. Le film Amen, de Costa-Gavras, est inspiré de cette pièce.

La pièce et le film comptent autant de vérités historiques que le Da Vinci code ! C’est dire. Mais la pièce a eu un grand succès auprès d’intellos auto proclamés et le film, tout autant auprès du grand public qui, du coup, se trouve intelligent parce qu’il s’est senti « concerné ».

La preuve : l’Eglise catholique s’est insurgée publiquement contre l’affiche du film qui associait en un seul graphique la croix du Christ et le svastika dextrogyre érigé symbole du nazisme. Si les cathos s’insurgent contre une affiche, c’est qu’ils ne peuvent s’insurger contre le fond du film et donc le film est vrai ! CQFD.

C’est oublier qu’à la même époque, il n’y avait pas que des cathos pour s’insurger contre l’affiche et le film : il y avait aussi

vingt-deux Juifs et Juives de France, signataires d’un appel publié aussitôt, le 21 février 2002, par l’hebdomadaire La Vie. C’était le judaïsme lui-même qui se portait au secours de l’honneur des catholiques. C’étaient des intellectuels, des responsables religieux et d’associations : voici chacun de leurs noms, parmi lesquels se détache pour nous celui de Claude Lanzmann. Leur texte est précis, avec sobriété : « Nous comprenons la très forte émotion ressentie dans le monde catholique devant l’affiche d’Olivero Toscani. Nous considérons comme malsain cet amalgame de l’emblème nazi avec le symbole d’une religion. » Offrir un refuge à la dignité de l’autre, empêché de s’indigner : un beau trait de la vertu biblique d’hospitalité, synonyme d’humanité. La vraie noblesse. Ce texte avait été rédigé à l’initiative de Me Henri Hajdenberg, ancien président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), membre du Congrès juif européen ; de René-Samuel Sirat, ancien Grand Rabbin de France, et de Me Alain Jakubowicz, président du CRIF de Rhône-Alpes. Ses signataires en étaient : Robert Badinter, ancien ministre de la Justice et garde des Sceaux, ancien président du Conseil constitutionnel ; Gilles Bernheim, grand rabbin de la synagogue de la rue de la Victoire à Paris [en 2009, grand rabbin de France] ; Rony Braumann, fondateur de Médecins sans frontières ; Madeleine Cohen, vice-présidente de l’Amitié judéo-chrétienne ; Moïse Cohen, président du Consistoire de Paris ; Roger Cukierman, président du CRIF ; Philippe Haddad, rabbin de Nîmes ; Jean Illel, écrivain ; Gérard Israël, historien des religions ; Colette Kessler, vice-présidente de l’Amitié judéo-chrétienne ; Théo Klein, ancien président du CRIF ; Rivon Krygier, rabbin de la synagogue Adath Shalom (Paris) ; Claude Lanzmann, auteur du film Shoah ; David Messas, Grand Rabbin de Paris ; Émile Moatti, délégué général de la Fraternité d’Abraham ; Richard Pasquier, président du Comité français pour Yad Vashem [en 2009, président du Crif] ; Abraham Segal, cinéaste ; Ady Steg, président de l’Alliance israélite universelle ; Emmanuel Weintraub, président de la section française du Congrès juif mondial.

C’est La Règle du Jeu qui vient de le rappeler. Rien que des cathos, donc ! Ces signataires sont, eux, de vrais intellectuels, des personnes réellement cultivées, moins que d’autres, soumises à la pression inconsciente de l’affectif médiatique, qui cherchent pour réfléchir et qui ne parlent ou n’écrivent qu’après avoir mesuré, non pas l’impact de leurs paroles et écrits, mais leur bien fondé.

Eux savaient déjà, parce que c’est historiquement établi, que Pie XII n’a ni activement, ni passivement été neutre à l’égard de l’extermination orchestrée par le régime nazi.

Eux savaient déjà, parce que c’est historiquement établi, que Pie XII était l’un des rédacteurs de l’encyclique Mit Brennender Sorge condamnant le nazisme, de 1937. Qu’en guise de protestation, il n’est pas resté au Vatican lors de la visite officielle de Hitler.

Eux savaient déjà, parce que c’est historiquement établi, que si c’est le 17 décembre 1942 que toutes les nations alliées, condamnent officiellement l’extermination des juifs par les nazis et annoncent que les responsables n’échapperont pas au châtiment, c’est seulement sept jours après, le 24 décembre 1942, dans son message de Noël radiodiffusé, que Pie XII évoque « les centaines de milliers de personnes, qui sans aucune faute de leur part, parfois seulement en raison de leur nationalité ou de leur lignage, sont destinées à la mort ou à un dépérissement progressif ». Les Alliés, eux, étaient en guerre contre l’Allemagne nazie mais pas sur un territoire contrôlé par les nazis. Pie XII, lui était au Vatican, cerné par l’état mussolinien, son administration surveillée par la police italienne, puis par la police allemande d’occupation, les valises diplomatiques fréquemment fouillées, les lignes téléphoniques sur écoute, l’Osservatore Romano censuré, les allées et venues des diplomates et journalistes étroitement surveillées et qu’il ne restait à Pie XII que Radio Vatican pour se faire entendre. Mais comme celle de Londres, cette radio sera vite brouillée en représaille aux prises de positions contre les invasions nazies. D’ailleurs, dès le lendemain, le New York Times commente dans son éditorial  : « La voix de Pie XII est bien seule dans le silence et l’obscurité qui enveloppe l’Europe ce Noël… Il est à peu près le seul dirigeant restant sur le Continent européen qui ose tout simplement élever la voix. » (NB : ce n’est pas moi qui le dis, c’est Wikipedia.)

Eux savaient déjà, parce que c’est historiquement établi, que la Croix Rouge, elle aussi présente comme le pape sur des territoires contrôlés par les nazis, n’a rien dit du tout. Mais c’est normal, en parlant, elle se retirait tout moyen d’action.

Eux savaient déjà, parce que c’est historiquement établi, que Pie XII a pris une circulaire le 25 octobre 1943, donnant aux religieux et aux nonciatures instruction d’accueillir les juifs.

Eux savaient déjà, parce que c’est historiquement établi, que le Vatican et Pie XII et les catholiques aussi, ont sauvé des milliers de juifs.

Alors pour en revenir à Benoit XVI, je préfère, et de loin, un pape qui a le courage de ses opinions et qui a le courage d’affronter une probable réprobation quasi unanime qu’un pape qui se soumet à la vox populi qui ne sait même pas de quoi elle parle.

C’était facile de déclarer Jean-Paul II vénérable, la vox populi ayant soigneusement oublié les paroles de JP II qui la dérangeait.

Ergoque, il n’y a pas que Dieu qui dérange, il y a aussi les papes.

 

 

Edit : Pour celles et ceux qui veulent vraiment en apprendre plus, voici quelques liens catholiques mais surtout non catholiques

La règle du jeu qui publie sous la plume de Laurent Dispot : Pie XII, l’honneur des catholiques

Wikipedia (article soumis à contreverse, donc qu’on ne peut soupçonner du moindre favoristime catho-militant)

Le Jerusalem Post qui reprend une interview de Serge Klarsfeld : « Pie XII a joué un rôle déterminant contre Hitler » dans Le Point où il dit même « Il n’y a aucune raison pour que Pie XII ne devienne pas saint »

Interview de Jean-Dominique DURAND, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin-Lyon III, spécialisé en histoire du catholicisme et qui fait partie de la commission d’historiens sur Pie XII, pas celle du Vatican, celle du  mémorial Yad Vashem de Jérusalem.

Et même pour ceux qui veulent aller plus loin : un blog sur Pie XII qui se donne pour objectif d’offrir « une réflexion de qualité et une analyse historique rigoureuse ».

Et un pearltree complet d’un autre blogueur catho, Koztoujours et son billet sur Pie XII, ce héros.
Enfin, des posts sur Thomas More, des Pensées d’outre politique et L’esprit d’escalier.

Tous ces posts parlent de Pie XII, mais tous avec une réflexion de base différente et leur lecture complète est très éclairante.

Edit 2 : les articles et billets postérieurs au mien

Une interview du professeur Jean-Paul BLED, historien spécialiste de l’Allemagne contemporaine à l’Université de Paris-Sorbonne, sur Reversus.

Pie XII, pape bavard, quand le Vatican brisait la loi du silence sur Causeur, Salon de réflexion.

La perfection et la sainteté sur Théologie du corps.

Bernard-Henry Lévy dans le Point : Servitudes et grandeur de Benoit XVI

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. Pourquoi? permalink
    29 décembre 2009 10:23

    Bonjour,

    Je découvre ce blog et suis pris d’une certaine envie de réagir.

    Puis-je me permettre un petit exercice de critique interne ? J’ose…

    – « La preuve : l’Eglise catholique s’est insurgée publiquement contre l’affiche du film qui associait en un seul graphique la croix du Christ et le svastika dextrogyre érigé symbole du nazisme. Si les cathos s’insurgent contre une affiche, c’est qu’ils ne peuvent s’insurger contre le fond du film et donc le film est vrai ! »

    Malgré votre affirmation du fait que la critique de l’affiche d’Amen doit se lire avec une critique du fond, l’appel que vous publiez signé par un certain nombre d’intellectuels, ne traite, me semble-t-il, que de la forme de la croix-croix gammée, et vous ne traitez que d’une question de forme, bien loin des considérations actuelles sur une éventuelle béatification de Pie XII.

    – « nombre de prétendus intellos (ceux pour qui aimer Costa Gavras est un signe d’intelligence)  »
    Aimer Costa-Gavras et Jorge Semprun n’est certes pas un signe d’intelligence, mais je doute que vous puissiez trouver quelque part une déclaration prétendant le contraire. Vous ne citez d’ailleurs précisément aucun plaidoyer en faveur du film (ni même de son affiche).

    -« que si c’est le 17 décembre 1942 que toutes les nations alliées, condamnent officiellement l’extermination des juifs par les nazis et annoncent que les responsables n’échapperont pas au châtiment, c’est seulement sept jours après, le 24 décembre 1942, dans son message de Noël radiodiffusé, que Pie XII évoque « les centaines de milliers de personnes, qui sans aucune faute de leur part, parfois seulement en raison de leur nationalité ou de leur lignage, sont destinées à la mort ou à un dépérissement progressif ». »

    Je ne vous comprends pas. Vous considérez qu’un leader spirituel, dont la pensée a vocation à guider des croyants n’est pas blâmable s’il s’exprime une petite semaine après des leaders temporels qui ne prétendent pas gouverner moralement! Et vous rappelez pour défendre votre point de vue qu’il était encerclé. Le martyr ne serait beau donc beau et admirable que sur des tableaux peints par Van Eyck ou Rubens, mais quand on est face à la barbarie et qu’on est Pape, mieux vaudrait ne pas tenter le diable pour des raisons de réalisme diplomatique?

    -« que la Croix Rouge, elle aussi présente comme le pape sur des territoires contrôlés par les nazis, n’a rien dit du tout. »

    Mettre en parallèle l’association créée par Dunant dans le but pratique de soulager la douleur des combattants sur un champ de bataille, qui a vocation à adopter une neutralité dans tous les conflits pour pouvoir y intervenir des deux côtés et une religion universaliste et prosélyte, c’est peut-être avouer un certain manque d’arguments…

    Je n’ai même pas d’opinion véritablement arrêtée sur la question, mais vos arguments ne me semblent pas parfaitement convaincants, loin s’en faut. Et avez-vous une opinion sur les archives du Vatican qui ne sont pas rendues publiques et qui prouveraient que Pie XII a eu un comportement exemplaire? Pourquoi ne pas les rendre publiques?

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    29 décembre 2009 11:59

    Bonjour et bienvenue.
    Osez, osez, vous avez bien raison … Ce blog n’est pas privé.

    D’abord, BXVI n’a pas déclaré Pie XII saint. En le déclarant vénérable, il a seulement dit qu’il estimait qu’il avait des vertus spirituelles de nature à autoriser sa béatification si un miracle devait lui être attribué. Laissons donc Dieu faire pour ce qui est de la sainteté de Pie XII. S’il est effectivement saint, il fera un miracle. Et personnellement je ne serai pas choquée que l’Eglise reconnaisse la sainteté d’une personne qui agit discrêtement, sans pipolitude ni médias. Le martyr n’est qu’une forme de sainteté.

    Ensuite l’objectif de ce post n’était pas tant de justifier Pie XII, qui en a de meilleurs que moi à cette fin, mais de montrer à quel point ceux qui parlent vite parlent sans savoir. Je n’ai certainement pas l’ambition de faire le tour de la question. Et mon blog, comme vous l’avez certainement constaté est surtout constitué de poil à gratter sur les pensées toutes faites. J’ai choisi ces intellectuels et cette revue (La Règle du jeu) car personne ne les soupçonne de favoritisme catholique. Et que donc, si même eux considèrent que Pie XII est l’honneur des catholiques, il y a peut-être du vrai tout de même.

    Ma phrase commençant par « La preuve » était sarcastique et comme tous les sarcasmes, résumait un peu vite ma pensée. Mais je pense que vous admettrez avec moi que lorsque les évèques se sont insurgés contre l’affiche, beaucoup ont considérant qu’en ne s’insurgeant que contre l’affiche, ils reconaissaient ipso facto la justesse du fond…

    Si j’ai parlé de la pièce et du film, c’est que ce ceux les deux origines de cet « inconscient » actuel : Pie XII a laissé faire les nazis. On juge cela aujourd’hui, aujourd’hui où ce qui compte est plus ce qui est proclamé que ce qui est fait.

    Pie XII est l’un des auteurs principaux auteurs de l’encyclique condamnant le nazisme, en 1937. Encycliques et messages de Noël sont les modes d’expression ordinaires des papes. Que faut-il de plus ?

    Oui, je ne vois pas de différence entre la déclaration des alliés qui ont trouvé politique d’attaquer les crimes nazis (cf. l’efficacité des juifs américains) mais pas les crimes de Staline, alors leur allié. Oui. Quant au pape, il a parlé, une nouvelle fois, au moment où il devait parler : son message de Noël, la semaine suivante. Que vouliez-vous qu’il fît d’autre ? organiser une manifestation ? Organiser la résistance et le sauvetage de tous les juifs qui passaient par là. Ah, mais c’est ce qu’il a fait.

    Je compare avec la Croix rouge parce que, comme elle, le Vatican était en territoire occupé et que comme elle, le Vatican et les autres catholiques en territoires occupés ont sauvé les juifs qu’ils pouvaient.

    Enfin, quant à l’ouverture des archives du Vatican qui permettrait enfin de savoir, c’est tout de même un superbe bottage en touche : il n’y a que ces archives-là pour savoir ce qui s’est passé pendant cette période. D’ailleurs Hochluth, Jorge Semprun et Costa Gavras n’ont pas besoin des archives pour savoir. <- sarcasme.

    Et merci à vous : vous me donnez l'idée d'un prochain post : la sainteté. <- pas sarcastique du tout.

    J'espère que vous reviendrez.

  3. gerald permalink
    22 novembre 2011 13:28

    pr mw la visite du saint pere au benin est un signe de bonheur et grace infini.merci papa benoit xvi

Trackbacks

  1. Parole et silence d’un pape « Thomas More
  2. Pie XII = Hitler …. CRS = SS « Pourquoi se compliquer la vie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :