Skip to content

Les corvées ménagères : femmes et hommes

27 décembre 2009

En 2005, en France IPSOS avait réalisé une enquête dont il est ressorti que les femmes consacrent aux tâches ménagères 16 heures par semaine, contre 6 pour les hommes et 17h par semaine à s’occuper des enfants, contre 13h pour les hommes. En tout et en moyenne 24 h par semaine pour les femmes et 13 pour les hommes. Ce chiffre monte à 30 h pour les femmes trentenaires, contre 20h pour les hommes trentenaires, c’est-à-dire que les femmes font presque une deuxième semaine de travail, à l’âge où, comme les hommes, elles doivent aussi le plus s’investir dans leur carrière.

Ipsos relève aussi que les hommes ont toujours tendance à surestimer ce qu’ils font et les femmes à se sous-estimer et en conclut que dans le couple, il est encore « acquis qu’une femme doit en faire davantage qu’un homme, quelle que soit sa journée de travail par ailleurs, que le curseur est placé différemment. Les hommes ont conscience de cette inégalité et ont du coup tendance à surestimer ce qu’ils font eux-mêmes, pour se justifier. De leur côté, les femmes relativisent, parce qu’il serait de mauvais ton de se plaindre de cette situation, comme si elles avaient mauvaise conscience à avouer qu’elles ne parviennent pas à tout concilier harmonieusement.
Les femmes sont convaincues qu’elles doivent pouvoir tout faire et que ce serait un aveu de faiblesse de ne pas y parvenir. Beaucoup de femmes qui travaillent culpabilisent certainement car elles pensent ne pas consacrer suffisamment de temps à la sphère familiale, ce qui explique le paradoxe qui est qu’elles ne se plaignent pas d’une situation dont elles reconnaissent implicitement souffrir. Même si elles ont du mal à gérer les deux, elles ont surtout beaucoup de mal à l’avouer, car ce serait un constat d’échec dérangeant – une culpabilité dont profitent encore largement les hommes ! »

C’est un lieu commun de dire que le monde est régi par des « valeurs masculines » : pouvoir, puissance, esprit de compétition, capacité à profiter… La valeur « corvée ménagère » est elle, féminine, non pas parce que les femmes font les corvées mais parce que ce sont les femmes qui déterminent quelles sont les corvées, quand elles sont terminées et quand elles sont bien faites.

Je crois que toute la question du ménage est là : il n’y a qu’une femme pour avoir envie d’une cuvette de chiottes intégralement brillante et sans la moindre trace ni le moindre dépôt ! Un homme s’en fiche soit qu’il ne les voit pas soit qu’il estime que pour l’usage qu’il en fait, il est légitime que des chiottes soient sales !

La vaisselle ? pourquoi la faire tant que ce n’est pas indispensable, tant qu’il reste des assiettes dans les placards, des couverts dans les tiroirs ? Pourquoi nettoyer la plaque de cuisson puisque on ne mange pas dessus et que les projections ne l’empêchent pas de chauffer ? Laver le sol de la cuisine ? Mais on marche dessus avec des chaussures, on aura beau frotter, ce sera toujours sale ! Je ne parle même pas de laver le frigo, je ne suis pas certaine que les hommes aient jamais entendu qu’il faille le faire !

En 2009, à la demande d’un fabriquant d’éponges, le même IPSOS a fait un autre sondage, portant cette fois-ci sur le ressenti des hommes et des femmes à l’égard de la répartition et du partage des tâches ménagères, sondage réalisé dans quatre pays européens.

«On note de réels décalages entre ce qu’ils disent et ce que les femmes observent de leur côté » résume IPSOS. Nous en faisons beaucoup plus qu’eux et eux pensent que nous en faisons moins que nous le croyons.

En réalité, soyons clairs, l’idée que nous nous faisons du propre n’a rien à voir avec celle qu’ils en ont ! Et quand nous attendons d’eux qu’ils partagent les tâches ménagères avec nous, c’est avec dans l’inconscient l’idée qu’ils les accomplissent aussi bien que nous c’est-à-dire avec un résultat identique. En réalité c’est aussi incongru que s’ils nous reprochaient de ne pas jouer avec eux à leurs jeux video avec la même passion, sur les mêmes jeux qu’eux et avec le même acharnement : nous ne pouvons pas ! Ce n’est pas possible, nous ne pouvons pas. Le ménage, pour eux c’est pareil.

Quand on est célibataire, on fait le même ménage et vivre à deux n’en ajoute pas des masses. Ce qui nous choque essentiellement, c’est de continuer à accomplir ces mêmes tâches et que eux ne fassent rien pendant ce temps là. Mais ça, c’est leur capacité à profiter ! Et les filles sont plus douée pour le sens du service et puis surtout que nous avons, nous, beaucoup de mal à vivre dans le sale et dans le désordre. Et je ne crois pas que c’est seulement de culture, c’est aussi de nature.

Il nous reste donc plusieurs solutions :

  • nous continuons à garder la même valeur pour le ménage (genre impossible de se reposer sur le canapé si nous voyons la poussière sur les meubles) et  nous continuons à faire le ménage ou nous nous battons pour qu’ils nous aident  à faire le ménage comme nous voulons qu’il soit fait, quitte à bouder, négocier, faire du chantage et au pire s’en séparer.
  • nous admettons leurs valeurs (bien basses) pour la qualité des tâches ménagères et adieu les cuisines immaculées, les lave vaisselle vidés, les objets sans poussière et le linge repassé
  • nous prenons une femme de ménage ou un majordome
  • nous vivons seules
  • Eux aussi, dans leur crasse.

Publicités
One Comment leave one →
  1. marion permalink
    27 décembre 2009 11:18

    On peut aussi compter sur l’éducation. Mon frère est globalement très propre, même si aussi loin qu’on se souvienne on a toujours eu une femme de ménage-nounou à la maison. C’est le « nounou » qui change tout : elle nous a appris à respecter son travail, à ranger nous-même notre chambre et, par l’exemple, qu’un évier ça se nettoie aussi dessous. Il est presque plus propre que moi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :