Skip to content

Marcel Rufo et l’homoparentalité

20 décembre 2009

Le Professeur Marcel Rufo est chef du service médico-psychologique de la famille et de l’enfant au CHU Sainte-Marguerite de Marseille, spécialiste de l’enfance et de l’adolescence. Il a écrit une trentaine d’ouvrages destinés à donner sa juste place à l’enfant et à l’adolescent et à permettre aux parents de mener au mieux leur progéniture vers l’âge adulte, c’est-à-dire se séparer de leurs enfants et conduire leur enfants à se séparer d’eux. Et c’est vrai qu’aujourd’hui les parents ont du mal à voir grandir leur enfants, à leur apprendre vraiment l’autonomie, le poids des conséquences de leurs actes, à les larguer …

L’un de ses derniers livres est « Chacun cherche un père » dans lequel, selon la présentation qu’en fait son éditeur, il rappelle que « le père n’étant jamais tel qu’on l’imagine, il est condamné à être imparfait et faillible. Mais c’est grâce à ces manques et ces fragilités que l’enfant peut se construire. Il apprendra à composer avec, quitte à s’attacher à d’autres figures paternelles, comme autant de « suppléments » de pères qui l’aideront finalement à trouver le sien, cet inconnu familier qu’il ne cesse de chercher. »

Interviewé par Le Figaro à l’occasion de ce jugement du tribunal administratif qui a autorisé une adoption par une mère homosexuelle vivant en couple, Marcel Rufo a affirmé que pour les enfants, mieux valait une adoption que la fabrication par une mère porteuse.

Il ajoute même

Il ne faut pas que l’enfant devienne une marchandise. Ce n’est pas parce qu’on désire un enfant qu’on y a droit. Les hommes qui décident de vivre ensemble, comme certains couples stériles, ne peuvent pas faire d’enfant. Il faut qu’ils l’acceptent. Ils devraient adopter plutôt que d’essayer de faire un enfant. Il faut aussi éviter l’effet «chiot» dans l’adoption. Les gens veulent à tout prix un bébé. C’est dommage de ne pas accepter des enfants un peu plus grands. Les couples homosexuels pourraient montrer l’exemple en accueillant des enfants un peu plus âgés, capables de donner leur accord à cette adoption.

A propos de l’adoption homosexuelle, il souhaite que l’enfant ne soit pas adopté « seulement par un couple mais aussi par la famille élargie : grands-parents, oncles, tantes… C’est ce qui se passe pour toutes les naissances… L’enfant aurait ainsi des pôles identificatoires masculins et féminins. Il ne faut pas oublier que tous les enfants trouvent également des modèles parmi les amis des parents, leurs professeurs… »

Il y a longtemps que j’ai une profonde admiration pour cet homme : j’ai toujours aimé son extraordinaire bon sens dans les conseils qu’il donne, à la TV à la radio, à chaque fois qu’il est interviewé.

Je suis ravie de voir que ce professionnel reconnu ose affirmer que le droit à l’enfant, aujourd’hui politiquement correct, n’est pas bon pour les enfants. Que les adultes qui ne peuvent avoir d’enfant doivent l’accepter. Qu’en voulant un enfant, les gens pensent surtout au bébé, l’effet chiot …

Je regrette toutefois, qu’en dépit de sa notoriété, sa prise de position courageuse n’ait pas été plus relayée….

Publicités
14 commentaires leave one →
  1. Claire permalink
    20 décembre 2009 18:17

    J’ai vu l’émission de Marcel Rufo « Le mieux c’est d’en parler » du 3 mai. Etait invité un couple infertile qui avait eu recours à la gestation pour autrui et dont les deux filles avaient maintenant 8 ans. Marcel Rufo avait très clairement salué leur démarche et avait expliqué avoir changé d’avis lorsqu’il avait entendu une des deux fillettes expliquer comment elle était venue au monde.
    C’est pourquoi j’ai été très surpris ensuite de l’entendre critiquer la gestation pour autrui, de plus sous un motif peu crédible. Peut-on croire un seul instant qu’un couple qui traverse pendant des années un parcours aussi difficile que l’infertilité et de la gestation pour autrui puisse considérer un enfant comme un chiot ?
    Enfin, je voudrais juste rappeler les chiffres de l’adoption : seulement 6% des personnes qui font une demande d’adoption pourront adopter. 94 % se retrouveront sans enfant après avoir espéré pendant plus de 5 ans, durée de la validité d’un agrément pour adopter. C’est dire que l’adoption peut être un choix, mais pas une alternative.

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    20 décembre 2009 20:23

    Trop peu d’enfants sont adoptables, vous avez tout à fait raison. Ne sont en effet adoptables que les enfants abandonnés, pas seulement délaissés par leurs familles mais réellement abandonnés : ceux dont on ne connait pas les familles, les enfants « nés sous X », c’est-à-dire les enfants dont la mère accouche en refusant que la filiation de l’enfant soit établie.

    Le planning familial milite pour que les naissances sous X se poursuivent.

    A mon sens, une raison fondamentale, mérite que ce droit d’accoucher anonymement perdure : les enfants nés sous X sont adoptables. Par définition aucun parent ne peut les « revendiquer ».

    Honnêtement, puisque sauf moi et quelques autres, la loi autorise une mère à avorter (sans que noi le géniteur, ni la famille des géniteurs puissent y redire) je ne vois pas pourquoi la loi n’autoriserait pas les mères à accoucher anonymement, définitivement, sans que ni le géniteur, ni les familles des géniteurs puissent y redire.

  3. Kahn permalink
    21 décembre 2009 23:58

    Les homos n’ont rien inventé en matière d' »effet chiot ».. !

    Les parents hétéros montrent l’exemple :

    http://flepi.net/image-insolite/images-insolites-enfants-tenus-en-laisse/

    Dommage Marcel, il va vous falloir trouver encore autre chose de plus croustillant pour satisfaire votre lectorat.

  4. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    22 décembre 2009 07:22

    Sur l’effet chiot, je ne crois pas que Marcel Rufo visait particulièrement les homos. Comme les parents hétéro ont beaucoup d’antériorité en terme de parentalité, ils ont effectivement probablement déjà tout inventé ! 😉 Le bon comme le mauvais ….

    Dans le mauvais, il y a la laisse et aussi le « parc », deux merveilleux (sentez le sarcasme) moyens pour les parents de ne pas s’occuper de ses enfants tout en les gardant en sécurité ! Et maintenant, on ajoute toutes les autres sécurités : coins arrondis pour les tables, objets mis hors de portée, anti ouvertures de portes ….

    Personnellement, je ne trouve rien de pire en terme d’éducation. Quand j’étais enceinte, j’ai refusé toutes les propositions de prêt de « parcs » et je me suis ensuite débrouillée pour que Fistonchéri survive aux prétendus dangers des maisons. Et il n’a comme séquelles qu’une seule cicatrice de 2 cms dans le cuir chevelu et un certain mépris pour les petites douleurs et les petits ennuis de la vie. Et au moins, il n’a pas peur de son ombre, de la vie, de l’avenir.

    Bleus, bosses et rhumes n’ont en effet jamais tué personne !

  5. Claire permalink
    22 décembre 2009 10:28

    L’effet chiot visait surtout la gestation pour autrui. D’où mon commentaire sur la capacité de retourner sa veste chez Rufo.

    Et quand on connait la difficulté d’un parcours d’adoption ou d’AMP, on apprécie pas du tout qu’une personne puisse assimiler notre désir d’enfant à un désir de chiot ou à un caprice. Non à la Morale Pour Autrui !

  6. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    23 décembre 2009 06:33

    C’est bien tout le problème du Non à la Morale Pour Autrui.

    JE en ai envie. JE ne vois pas le problème. D’ailleurs sinon, JE suis malheureux/se, et comme ça ME coûte, JE ai forcément raison.

    Sur l’effet veste : il me semble qu’il faille faire la différence entre une émission en direct avec une parole face à quelqu’un qui dit « je suis heureuse » et un livre, réfléchi et destiné à tous.

  7. Claire permalink
    23 décembre 2009 11:04

    Vous dites : « JE en ai envie. JE ne vois pas le problème. D’ailleurs sinon, JE suis malheureux/se, et comme ça ME coûte, JE ai forcément raison. »

    Le désir d’enfants n’est pas une envie ni un caprice. L’infertilité est la source de nombreuses dépressions et suicides. Les enfants élevés par des couples infertiles sont au moins aussi épanouis que les autres. Tout le reste n’est que du baratin moralisant et de l’intolérance.

    Sur le retournement de veste, je comparais une émission à l’article du Figaro, et non au livre du très médiatique Rufo.

  8. thibault permalink
    7 janvier 2010 10:26

    Marcel Rufo est surement un grand spécialiste mais il est victime d’un probleme de girouettisme, en effet selon le publique qu’il a en face de lui il change radicalement son discours. Il peux à la télévision ( un média touchant un large publique ) affirmer que l’homoparentalité ne pose pas de probleme, et une semaine apres dans la presse ( en l’occurance le nouvel obs qui ne touche qu’un publique restreint) affirmer que c’est une démarche malsaine et dangereuse pour l’enfant.

  9. bapcol permalink
    26 mai 2010 18:23

    En complément de cet article, je vous invite à regarder le podcast d’une émission à laquelle a participé Hervé Morin, président du Nouveau Centre, qui s’est prononcé pour l’adoption par des couples homosexuels :
    http://politoscope.tv/event/2/social-media/enjeux-et-droit-de-la-famille/legaliser-homoparentalite

  10. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    26 mai 2010 20:29

    @bapcol : bonsoir et bienvenue.

    Merci de cette contribution.

  11. 13 juillet 2012 17:09

    Adoptée au Canada,par des profs hétéros,âgés de 50ans ,j’ai été gâtée ma comme une peti
    Te …chienne (de traîneau )Origines inuite oblige.J’etais « le petit eskimo de service »
    C’était…il y a si longtemps!!!l’hiver on m’habillait en eskimo tricoté de beige,avec des franges,des bobottes ,le ti capuchon…même en France,à Paris.A 7 ans j’avais honte! Et puis on ne me demandais même pas de bien travailler à l’école .A part ça,pourrie-gâtée .
    Tristement ,en voiture,à 13ans,j’ai perdu mes parents.Une tante m’a pris chez elle,comme
    Quelqu’un de mon âge et « normal » .J’ai bien pleure mes parents,mais je ne pense pas qu’ils
    Suivaient le bon chemin avec moi!
    Parents biologiques,adoptants,homos,hétéros…on fait tous des erreurs.Les parents,c’est une loterie,nous aussi,et à leurs tours nos enfants si on en a. Mon Dieu,C complexe!!!

  12. Michel permalink
    6 novembre 2012 10:26

    La personne qui a écrit ce texte sait-elle ce qu’est la douleur personnel de ne pouvoir enfanter ? Sait-elle combien il est nécessaire pour ceux qui ne peuvent enfanter de se projeter dans une maternité / paternité et combien il est désirable d’élever un enfant depuis sa plus tendre enfance ?
    Je trouve tellement facile de jeter des expressions comme « l’effet chiot » en pâture sur le net ou dans la presse (Ruffo) … C’est vibrant pour ceux qui ne sont pas concernés mais terriblement blessant pour ceux qui le sont réellement, parce que confronter depuis des années aux échecs à répétition ou à l’opprobre de l’opinion publique …
    Je trouve que cette Chronique et par extension les déclarations de Ruffo sont faites sans aucun respect de ceux qui sont concernés …
    On pourrait attendre d’un Ruffo d’avoir du respect pour les autres … Mais ses revirements, souvent plus politiquement corrects qu’il n’y parait et parfois très orientés vers l’attente médiatique, ne semblent pas intégrer la nécessité, ne serait-ce que professionnelle, de comprendre avant de juger.

  13. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    25 novembre 2012 09:43

    @Michel

    Non, je ne sais pas ce qu’est la douleur de ne pas enfanter. Si vous l’avez connue et tous ceux qui la connaissent peut être assurés de ma compassion.

    Mais le fait que je n’ai pas expérimentée moi-même cette douleur ne me disqualifie pas pour, non pas la commenter – ce que je n’ai pas fait – mais dire ce que je pense des solutions adoptées par ceux qui souffrent.

    Pourquoi aujourd’hui oublie-t-on que l’homme torture l’homme – le fait souffrir au delà du supportable – pour lui faire faire des choses qu’il ne ferait pas sans cette souffrance ?

    Alors pardonnez-moi d’avance, mais non la souffrance n’est pas un bon guide. C’est même tout le contraire.

  14. Michel permalink
    27 novembre 2012 10:40

    @ pourquoisecompliquerlavie

    Le problème n’est pas dans le fait de donner un avis, et peu importe l’expérience que l’on a, je suis d’accord avec vous sur ce point, le problème est dans le fait de « juger » autrui sur la foi de ses propres croyances …

    Ouvrez-vous aux autres, écoutez les, soyez attentif ou attentive car il y a autant de cas que de parents adoptants … C’est vrai que c’est tellement plus simple de tout classer à l’emporte pièce et de déclarer de façon définitive, c’est mal, c’est bien, c’est moche, c’est con, c’est comme çà qu’il faut faire, c’est une mauvaise idée, etc …

    La vérité est bien plus complexe … Et l’expérimentation est bien souvent, non pas la preuve d’une capacité absolue de juger ou de donner un avis, mais bien un point de départ qui vous oblige à prendre conscience de la complexité des choses, surtout quand on parle d’êtres humains …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :