Skip to content

Le web : au secours !

17 décembre 2009

De la même manière qu’au début du 20ème siècle les vieux-râleurs-jamais-contents s’insurgeaient contre le téléphone, instrument sans politesse qui sonnait les gensss-bien-nés au lieu de sonner seulement les domestiques, ou au milieu du 20ème les vieux-râleurs-jamais-contents qui ne voulaient pas de la TV, source bien connue de la violence et de l’illétrisme, il y a au début du 21ème siècle des vieux-râleurs-jamais-contents qui en ont après internet.

Il y a des bagarres qu’il n’est même pas utile de démarrer, pas besoin de Sun Tzu pour le savoir ! Je ne volerai donc pas au secours du web, qui se porte très bien sans moi et qui continuera plus longtemps que mon blog !

Non, non, ce n’est pas au secours du web qu’il faut voler, c’est au secours de l’internaute. Les moyens de réseaux sont nombreux, les informations sur-sur-surabondantes et nos capacités physiques n’ont pas grandi pour autant : pour lire, il nous faut toujours deux yeux et un cerveau et nos journées continuent, les garces, de ne durer que 24 heures !

J’ai un compte sur Facebook (en jachère), ce blog (je l’aime bien) et je twitte. Tout cela me prend du temps. Et je me surveille.

Et comme tout le monde, pour alimenter mes lignes, je lis internet où je trouve souvent (mais pas toujours) les informations que je cherche. Pas toujours et je suis souvent frustrée. Ce qui prouve qu’il n’y a pas tout à la Samaritaine sur internet.

Il y a beaucoup : voici un petit exemple de ce qui peut se produire en un jour seulement, dans le monde bien sûr, puisque internet c’est le monde :

  • inscription de 600 000 nouveaux membres sur Facebook,
  • envoi de 4 millions de Tweets sur le réseau Twitter,
  • publication de 900 000 billets sur la blogosphère,
  • 96 millions de vidéo téléchargées sur YouTube…

Si vous voulez avoir le vertige, c’est là… et je crois que ce compteur permet de comprendre ce qu’est internet : tout,  n’importe quoi, du mauvais, du rapide, mais quand même forcément du bon … Le truc, c’est de trouver le bon, ou à tout le moins, son bon internet.

Quand la majorité des populations ne savait pas lire, il n’y avait pas ce problème.

Aujourd’hui, les entreprises et les parents doivent tenir compte d’internet : des tordus études ont mesuré le coût économique de Facebook, d’ailleurs plus dangereux pour les entreprises que Twitter : il ferait perdre d’après certaines estimations 1,5 milliards d’euros aux entreprises britanniques et 1,5 % de productivité pour les entreprises américaines.

Quant aux parents, ils doivent apprendre à leurs enfants à avoir un sain esprit critique, tout le monde pensera aux pédophiles, mais il n’y a pas que cela, il faut apprendre à réfléchir, à multiplier les sources d’information, à prendre du recul, à ne pas tout croire, à ne pas tout écrire ni tout montrer ….

Bref, un nouvel outil et comme tous les outils, il mérite attention et apprentissage.

PS : à propos de temps, je prends le mien quand je peux : billet fait entre 1 heure et 2 heures 30 du matin….

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. GRMMdecheri permalink
    17 décembre 2009 06:20

    Un seul mot: BRAVO. Un seul souhait: que beaucoup de parents puissent lire ce blog…

  2. Berenice permalink
    23 décembre 2009 20:30

    Il faudrait faire un buzz de ce blog!

Trackbacks

  1. La fin du monde en 2012, le 21 décembre bien sûr : 21122012 « Pourquoi se compliquer la vie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :