Skip to content

Ma sorcière, plus bien aimée

27 novembre 2009

Quand j’étais petite, je raffolais de Bewitched, en français Ma sorcière bien aimée, cette série que je trouvais amusante d’une sorcière mariée à un homme ne supportant ni la sorcellerie, ni sa belle-mère !

Ménage idéal de l’Amérique des années 60 : Monsieur travaille dans la pub et Madame est à la cuisine, toujours belle élégante, bien coiffée, maquillée.

Elle passe son temps à calmer son mari que tout énerve, son patron, ses clients, sa belle mère, les idées de pub qui ne viennent pas. Bien entendu, il lui interdit la sorcellerie. Coup de pas de chance, leur fille est aussi une petite sorcière. Evidemment, il ne supporte pas cela non plus. La série tourne donc autour des gags que la confrontation de ces deux mondes entraîne. Je trouvais ça drôle.

Mais je n’ai plus 10 ans et :

  • je n’arrive pas à comprendre ce qu’elle peut trouver à ce mec, moche (que ce soit Dick York ou Dick Sargent), mal embouché, autoritaire et mesquin,
  • ce cliché de la parfaite épouse à la maison est d’autant plus exaspérant qu’elle pourrait faire autrechose : son mari qui lui interdit d’utiliser son nez  gigoteur pour faire la vaisselle, c’est exactement comme un mari aujourd’hui qui refuserait d’acheter un lave vaisselle sous prétexte que sa grand mère faisait la vaisselle à la main.

Alors, en général, quand je regarde des fictions, je ne fais ni politique, ni militantisme : j’aime West wing (A la Maison blanche) bien que ce soit une série à la gloire des démocrates, Star Trek (Next generation, DS9 et Voyager) en dépit de son politiquement correct simpliste, Desperate houswives en dépit de ses héroïnes cinglées, …. mais Ma sorcière bien aimée, c’est plus fort que moi : ça ménerve !

Je  m’exaspère tellement que je ne trouve même plus rien drôle !

Et vous, vos convictions perturbent-elles les fictions que vous regardez ?

Publicités
15 commentaires leave one →
  1. marion permalink
    27 novembre 2009 22:41

    Vous devez être un peu attristée de ne plus autant profiter de cette série que quand vous étiez petite! Peut-être que la malice et la magie de la sorcière cachait à vos yeux tout le reste ?

    Etant petite je lisais « Les petites filles modèles » de la Comtesse de Ségur… d’une certaine façon, même combat que votre sorcière! Ensuite j’ai découvert « Les Malheurs de Sophie », c’était déjà plus subversif (haaan plein d’idées de bêtises à faire!).

    Peut-être qu’étant enfant, on a besoin de « modèles » sur lesquels se construire, quitte à en choisir de mauvais et les rejeter par la suite. Par exemple, mon grand-père paternel est mon exemple à ne pas suivre : égoïste, obtus, provocateur et tenant l’argent comme unique vecteur du bonheur. Je ne veux surtout pas lui ressembler!

  2. GRMMdecheri permalink
    28 novembre 2009 07:38

    Et vous, vos convictions perturbent-elles les fictions que vous regardez ?

    Excellente et intéressante question.

    Non, mes convictions ne perturbent pas mes fictions, au contraire, elles doublent mon plaisir. Elles me permettent à la fois de cerner le message socio-politique, d’apprécier ou critiquer la mise en oeuvre de ce message, mais aussi de me confronter à une autre époque en général bien reconstituée : la mode, le téléphone, le grille-pain antédiluvien, les mentalités enfin…

    Ces séries me rappellent la collection « La vie quotidienne au temps de… »

    Oui, j’aime les fictions, toute époque et toutes convictions confondues.

  3. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    28 novembre 2009 13:11

    Comme je me prénomme Sophie, on m’a d’abord offert les malheurs de Sophie ! que j’ai détesté : la belle mère, les punitions, les bêtises de Sophie, les poissons rouges qu’elle coupait, le chat qu’elle déguisait …. Des années après, j’ai lu Après la pluie, le beau temps ou on peut être une sale gamine et devenir une jeune fille parfaite (dans l’idée de l’époque). Mais déjà alors, la soumission de cette Sophie jeune fille à la vie, à l’homme, me gênait.

    J’ai détesté aussi les Petites filles modèles.

    Bref, Sophie de Ségur, née Rostropchine, beurk, yeark et re beurk.

    Le seul qui m’ait à peu près plu : Gaspard. Une histoire de garçon.

  4. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    28 novembre 2009 13:17

    Comme Les fils du boulanger ? par exemple ? 😉

  5. 28 novembre 2009 17:21

    Marrant, moi j’ai BOUFFé et REBOUFFé de la Comtesse de Ségur toute mon enfance, et j’en redemandais.
    J’adorais l’ambiance, la description des robes des petites filles modèles (ah, ce taffetas! ce velours! ces rubans!), leurs pique-nique avec un verre de vin, les domestiques…. ça fait très longtemps, mais ces livres m’ont marquée à vie. J’étais trop petite pour avoir des convictions, donc les messages moralistes et religieux, très présents, en revanche, ne m’ont pas marquée. Je serai très curieuse de relire cet auteur, maintenant…
    peut-être que je pousserai même des petits cris d’effroi en la redécouvrant, qui sait!
    Et puis j’aimais la manière dont c’était écrit, comme au théatre, avec des dialogues et des appartés. J’ai due livre 2 ou 3 fois le pavé des Petites filles modèles, j’avais l’impression d’être dans un monde de poupées.

    Quant aux convictions, je n’ai pas l’impression qu’elles m’empêchent d’apprécier une fiction. Je dirais même que c’est le contraire. (je parle des bouquins ou films, car niveau séries, je ne suis pas très au fait)
    Je m’identifie au personnage avec plaisir, et quand il est éloigné de ce en quoi je crois, le plaisir est encore meilleur, je crois.

  6. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    29 novembre 2009 10:05

    Les robes des petites filles, j’en fait dès que j’ai un cortège de mariage qui me tombe sous la main (et que la mariée me fait confiance ….). Trois à mon actif 🙂 et vous connaissez le troisième ! Aujourd’hui, je fais le gilet pour le frère de la petite fille.

    La comparaison entre nos souvenirs et notre présent est vraiment très marrante : je suis a priori d’une génération qui aurait dû l’apprécier plus et au bout du compte, je suis, à en croire nos blogs comparés, nettement plus réac que vous ….

    Alors, qu’avez-vous pensé de la Phisiologie du mariage de Balzac ?

  7. Berenice permalink
    29 novembre 2009 18:02

    Vous lire parler de Sophie et de ses malheurs me fait souvenir qu’enfant ma grand-mère et tante me surnommaient de ce prénom. Vraissemblablement à cause des nombreuses bétises que je faisais……
    Ce surnom ne m’a vraiment pas enchantée !!!!
    Et lisant ces histoires je ne me sentait absolument pas une petite fille modèle….
    Plus tard cette même grand mère m’a appelé Scarlette…. Là j’ai mieux aimé !
    La série dont je me souviens jeune fille est celle de la marquise des anges! Je lisais ces pavés la nuit en cachette.
    A propo de ma sorcière bien aimée , je n’ai pas autant de réactions que vous! Je trouve celà tellement decalé et vieux jeux que je reste sans réaction . Je trouve seulement une petite ressemblance avec le style de coiffure de celle qu’avait ma chère mère . Et je trouve que cette sorcière est tellement condescendante avec son epoux que finalement je le plains d’être aussi bête ! Finalement la femme, quoique semblant soumise à la gent masculine, reste tout de même la plus forte! Car plus intelligente! Et elle manipule à plaisir ces pauvres hommes si bêtes qui ne s’en rendent pas compte. Voilà ce que me fait ressentir ce feuilleton.
    Ne trouvez vous pas que tous ces hommes semblent bien nigauts ?
    Bon il ne s’agit que d’une fiction et toute ressemblance avec des hommes connus………ect. !

  8. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    30 novembre 2009 07:13

    Vous avez mis le doigt sur ce qui me dépasse dans cette série : comment croire au mariage de cette femme (qui peut presque tout) avec cet homme (dont la mesquinerie intellectuelle est le trait de caractère qui me parait le plus frappant) ?

    Angélique, Marquise des Anges, je n’ai jamais pu.

    En revanche, ce que j’ai lu d’une traite (en y passant d’ailleurs les nuits) : La lumière des Justes, Les gens de Mogador, Tant que la terre durera. Surtout La lumière des justes. C’est mon premier gros pavé.

    La Sophie de la Lumière, celle-là, je m’y suis pas mal identifiée. Et surtout, j’ai compris, vraiment, viscéralement, que la vie passe et qu’un jour on vieillit. C’était ma première série qui retrace une vie entière en plusieurs milliers de pages, donc j’ai vu la vie de Sophie se dérouler : ce n’était pas juste le chapitre d’une vieille dame en intro avant un flash back ou en conclusion pour tenter de relativiser. C’était toute la vie de Sophie.

    Bref, je l’ai tellement aimé que je ne crois pas que je le relirai, de peur d’être déçue en le relisant aujourd’hui.

    Mais j’en garde le goût des pavés : films, séries ou romans. Je préfère les histoires d’une vie entière plutôt que celles d’un moment d’une vie. Parce que, sauf si ce moment tue le héros, la vie, c’est un tout et pas seulement un moment, quel que soit son importance.

  9. GRMMdecheri permalink
    30 novembre 2009 09:32

    Les peintres ont envahi la maison. Je suis donc cloitrée dans ma chambre avec mon ordi,la télé (que vivent les séries!…) et le chat. Le bonheur,quoi….

    Pas d’accord avec l’avant dernier paragraphe. Il faut relire longtemps aprés une saga qu’on a appréciée à la première lecture. On la redécouvre et la juge différemment: les années passées, l’expérience de la vie font toute la différence et cette confrontation apporte un nouvel intérêt, voire de la délectation.

    D’accord, par contre avec le dernier paragraphe. C’est un arrachement de finir un livre qui plaît d’où la préférence pour les sagas

  10. Athénaïs (arrière petite cousine de Bellefillechérie) permalink
    1 décembre 2009 11:56

    Vos goûts et dégoûts à toutes me font exactement penser à un auteur féminin dont les héroïnes, peu importe leur siècle d’existence, parviennent à fuir le côté enfants/ménage/plaisir du mari/déni des ambitions personnelles. Le féminisme sans l’exagération des poils sous les bras et allure de déménageur, la finesse d’esprit et le côté légèrement rebelle : Mireille Calmel, se sont de gros pavés relatant des histoires réhaussées de légendes, des histoires de femmes intelligentes, féminines et à l’avant-garde du féminisme.

    Tiens, avez-vous remarqué que les commentatrices de ce blog sont surtout des femmes?

  11. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    1 décembre 2009 14:11

    Eh, oui j’avais remarqué que les commentatrices sont surtout des femmes…

    J’ai essayé de faire un blog pas trop femme, ni trop féministe. En vain apparemment.

    Les rares commentaires d’hommes sont sous l’article sur Henry et sa main. Et encore, pour m’expliquer que j’aurais mieux fait de la fermer.

    Je sais pourtant qu’il y a des hommes qui me lisent.

    Au choix :
    – trop compliquer de me répondre, suis trop bête,
    – trop flemmards pour me répondre,
    – mes articles sont « top tout » et il n’y a jamais rien à y ajouter (oui, mais alors, question subsidiaire : pourquoi les femmes commentent-elles, elles ? ;))

  12. Athénaïs (arrière petite cousine de Bellefillechérie) permalink
    2 décembre 2009 08:14

    – Parce qu’elles sont plus démonstratives
    – Qu’elles sont moins complexées par leur orthographe (à part Pascal je connais peu de garçons avec une écriture correcte, mais cela rejoint le point suivant)
    – Parce qu’ils ont trop peur de se taper la honte en écrivant sur un blog qu’ils n’auraient peut-être pas pu écrire?
    – Parce que… ce sont des garçons?

  13. ALT permalink
    13 mai 2013 13:08

    Et bien moi, je suis nouvelle et j’ai l’expérience inverse sur une série revue adulte : la petite maison dans la prairie. Ca m’insupportait enfant et quand je l’ai découvert adulte, j’ai énormément apprécié, son côté valeurs morales qui colle assez bien à un certain idéal que je partage et sa vision d’un monde disparu au jourd’hui.

  14. jpj permalink
    27 août 2013 17:25

    Avis (tardif) de garcon.
    J’ai toujours aime cette serie depuis tout gosse mais j’ai toujours deteste le mari de Samantha, je ne sais pas si c’est par jalousie ou parceque les idiots dans les series s’appellent souvent Jean-Pierre (et je porte ce prenom).
    Il ne faut pas reflechir quand on regarde ce type de serie car cela perd de sa saveur. Si on reflechi on peut se dire que le fait que le mari soit un idiot mal degrossi rajoute au contraste, et permet de faire du comique de situation car, quand on est aussi con, il arrive forcement plein de chose dans la vie.
    Imaginons un mari plus « smart », pondere et bon en tout (hypothese de travail car ce n’est que dans les contes ou l’on trouve ca 😉 ) ca reduit tout de suite les possibilites de gag et rend plus ardu le travail du scenariste!!
    Quel sera alors l’interet d’une sorciere si elle n’a plus les bourdes de son mari a rattraper, c’est sur ca fini en divorce, et puis dans les annees 60/70 la vie du menage etait moins « riche » qu’aujourdui , voir Mad Men qui se passe a la meme epoque et qui renforce la vision de la femme au foyer quand l’homme travail (c’est vrai que ca diminue les problemes de chomage….. humour 😉 ).
    Pour moi cette serie reste geniale car ce couple represente la magie de l’amour (et son cote aveugle) et puis ce nez… depuis Cleopatre on en avait pas vu un aussi beau.
    Pour info je suis aussi fan de la serie « Les arpents vert » (ou Green Acres) qui fait aussi dans le decale.

Trackbacks

  1. Le Liebster award galope sur les blogs…. et c’est arrêté sur le mien! | Gazouillis et cie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :