Skip to content

Contre la mixité à l’école, 2

15 novembre 2009

C’est mon cinquième post qui aborde une reflexion aujourd’hui taboue en France : la mixité à l’école. Au début, ce n’était que des râleries personelles que je pensais sans audience autre que celle, affecueuse et tolérante, de mes proches.

Oui, mais voilà que La-Croix.com vient de mettre en ligne une interview de Jean-Louis Auduc, directeur adjoint de l’IUFM de Créteil qui publie ce mois-ci Sauvons les garçons !, aux Éditions Descartes & Cie.

Il constate que les filles ont de meilleurs résultats, redoublent moins et que deux fois plus de garçons que de filles sont en échec scolaire. Bon, d’accord, ce n’st pas un scoop.

Il relève surtout que, pour les garçons, le

décrochage se produit à deux périodes clés. D’une part, l’entrée dans la lecture, fin maternelle-début élémentaire. À l’âge de 18 ans, à peine 59 % des garçons sont des lecteurs “efficaces”, contre 70 % des filles. D’autre part, lors de l’orientation en classe de quatrième, à un moment où l’écart de maturité entre les deux sexes est le plus fort : la plupart des filles sont déjà, dans leur corps, de jeunes femmes, tandis que les garçons sont encore de “grands bébés” qu’un simple obstacle conduit parfois à s’effondrer.

J’ai déjà écrit qu’adapter l’enseignement à l’âge de chaque sexe et non pas au même âge pour les deux sexes, permettrait d’atténuer les différences dans la capacité intellectuelle de chaque enfant à apprendre des matières différentes.

Monsieur Auduc dit quant à lui, à La Croix :

il faut, à certains moments, mettre en place des activités séparées en tenant compte des goûts et besoins des uns et des autres. Pourquoi ne pourrait-on pas faire en français, en maths ou lors de réflexions sur l’orientation, ce qui existe déjà en éducation physique et sportive ?

Certes, selon lui l’objectif de cette séparation serait « que garçons et filles puissent vraiment se retrouver » mais il n’en demeure pas moins qu’un professionnel de l’éducation, en France, commence à reconnaître que séparer graçons et filles dans les écoles peut être une nécessité pour la réussite scolaire.

BacPour ce qui me concerne, soyons clairs, des écoles non mixtes ne sont envisageables que jusqu’au bac.

Le bac doit être mixte et les études supérieures doivent être mixtes.

Les concours doivent être mixtes.

Les boulots dans les entreprises et dans la fonction publique doivent être mixtes, les places de cadres, de cadres supérieurs et d’administrateurs doivent être mixtes.

PS : Mes posts sur le sujet sont dans la catégorie Ecole.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :