Skip to content

Payer les élèves pour qu’ils aillent à l’école ?

3 octobre 2009

Le rectorat de Créteil veut expérimenter le versement d’une prime financière aux élèves assidus des lycées professionnels.

Dans le système qui sera mis en oeuvre à partir de lundi dans 3 lycées de l’académie de CRETEIL, il ne s’agit pas de payer chaque élève présent mais d’affecter une cagnotte de 2.000 euros pouvant aller jusqu’à 10.000 euros qui sera versée à l’ensemble de la classe si tous les élèves sont assidus en cours. Les lycéens pourront ensuite utiliser la cagnotte pour des projets extra-scolaires…

A priori, je ne suis pas moralement choquée par la rémunération d’élèves : c’est quand même assez naturel de faire plus facilement des choses ennuyeuses lorsqu’il y a une récompense au bout. Chacun d’entre nous travaille pour de l’argent et il n’y a pas de honte à cela. Il y a même des parents qui proposent à leurs enfants de l’argent pour les bonnes notes et/ou qui chiffrent ainsi les services domestiques à rendre (1 euro pour mettre la table, 10 euros pour passer l’aspirateur ….). Donc, pour ce qui me concerne, rien de choquant à l’idée d’une rémunération des élèves.

Mais le projet du rectorat me semble appartenir à la catégorie très remplie aujourd’hui des vraies connes fausses bonnes idées :

Si l’idée est de motiver les élèves, il faut que les élèves en profitent. Or, la « cagnotte » n’est pas donnée aux élèves individuellement mais au groupe. Un lycée de Bobigny promet de payer à la fin de l’année, les permis de conduire aux élèves. Oui, mais ceux qui l’ont déjà ? ceux qui ne le veulent pas ? et voilà une motivation qui n’est pas motivante !

Si l’idée est de responsabiliser les élèves, il faut que chaque élève soit responsabilisé. C’est complètement utopique, rousseauiste, imbécile de considérer qu’un profit pour le groupe suffira à changer le comportement de chaque élément du groupe, et ce pour au moins cinq raisons :

– dans le projet ci dessus, ceux qui ont déjà le permis ou qui s’en moquent, n’auront donc aucune motivation

– s’il suffisait d’être présent en cours pour apprendre quelquechose, ça se saurait !

– le groupe est artificiel : ils n’est pas constitué d’individus qui ont choisi ce groupe pour faire ensemble quelque chose. Il est constitué de gens qui ont peut-être le même objectif mais ils ne sont réunis que pour des raisons pratiques et par une autre volonté que celle des membres du groupe. Comme en plus le problème de ce groupe, c’est justement le manque de motivation personnelle et forcément de motivation collective ….

– et vivent les pressions que certains élèves exerceront sur d’autres : clairement ce projet va surtout encourager les durs à menacer les faibles. Ou comment pousser à la violence.

– et surtout la responsabilité collective détruit la responsabilité individuelle, on le sait bien et ce n’est pas la peine de se raconter des histoires romantiques à ce sujet. Si les autres vont en classe c’est pas la peine que j’y aille, ça ne changera rien.

Moi, ce qui me choque surtout, c’est le politiquement correct imbécile de ce projet :
– l’argent c’est beurk, ergo on ne donne pas d’argent
– l’individualisme c’est beurk, ergo on ne récompense pas des individus mais le groupe.

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 3 octobre 2009 19:43

    J’avais vu un documentaire sur un prof aux Etats-Unis, qui avait des methodes révolutionnaires et hyper efficace pour enseigner les maths à des cancres. (rap, déguisements, examens à passer pour sortir d’un donjon, etc…). C’était efficace.
    Son leitmotiv, c’était: « TOUS les moyens sont bons, tant qu’on atteint cette finalité: enseigner qqch aux élèves ».
    Dans son etablissement, il avait créé 4 équipes, dont les membres allaient de la 6è à la 3è.
    S’ils arrivaient à l’heure, qu’ils avaient des bonnes notes, ils faisaient gagner des points à leur équipe. Et inversement en cas de mauvais comportement.
    Je trouve intéressant le concept de l’Equipe, qui, effectivement met une pression; mais positive. Cela tire vers le haut tous les co-équipiers. Les résultats, dans cet établissement en tous cas, étaient très positifs, en terme d’implication, de sens, de résultats scolaires et de comportement.
    Les contraintes de la société, (ici, représentées par les co,traintes de l’équipe) existent, c’est un fait. Pourquoi ne pas confronter les élèves, dès leur plus jeune âge, à des responsabilités collectives (sans supprimmer les responsabilités individuelles, évidemment)? Les défaites, mais aussi les victoires collectives appartiennent à tous, je trouve ça plutôt réjouissant et intéressant pour les jeunes.
    Je trouve en tous cas que ça apporte quelquechose de positif, de motivant, et je crois aux bienfaits d’une telle idée.

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    4 octobre 2009 07:54

    Je crois tout autant que vous aux bienfait de l’équipe : rugby, associations, partis politiques, projets entrepreuneuriaux, etc…

    Ce qui ne va pas dans cette idée là, c’est d’abord que les membres de l’équipe ne sont pas volontaires, puisque c’est justement à cause des absents qu’on crée l’équipe !

    Ensuite la récompense, elle n’est pas choisie par les membres de l’équipe et elle consiste en un bien précis (permis de conduire) et non pas en argent (qui peut être transformé en ce dont on a besoin ou envie) ni même en objet qui serait choisi par chaque individu composant l’équipe.

    Enfin, l’objectif de l’équipe : la présence est un objectif imbécile, ou alors les proviseurs reconnaissent que les diplômes résultent de la seule présence au cours et non pas de l’apprentissage acquis. Faites gaffe à vos voitures si les garagistes qui les réparent ont eu leur diplômes seulement en étant présents aux cours !

    Bref, ce n’est que le début d’une bonne idée : puisque les élèves absents ne sont manifestement pas motivés par l’obtention d’un diplôme, alors il faut que l’obtention du diplôme soit assorti d’une vraie récompense, c’est-à-dire une récompense qui motive chacun et je ne vois pas d’autre solution qu’une somme d’argent.

    C’est d’ailleurs cette motivation qui nous fait travailler, nous les adultes. Et encore une fois, je trouve bonne l’idée de payer les élèves pour travailler, pas pour seulement pour venir à l’école.

  3. Marie permalink
    4 octobre 2009 09:50

    Ce matin, j’apprends qu’un classe de Marseille va pratiquer un truc similaire : la classe où il y aura le moins d’absentéisme gagnera des places pour un match de l’OM. Le problème est le même que celui que vous soulevez pour le permis : et si certains n’aiment pas le foot ?

    Ce qui me fait hésiter, c’est qu’en offrant de l’argent pour aller à l’école, on part du principe que l’école est pénible et que seule une récompense motive à y aller. Un peu comme le « si tu manges tes légumes tu auras du dessert » qui conduit à considérer les légumes comme un mal nécessaire.

    D’autre part je suis absolument d’accord avec vous que venir en classe et travailler en classe sont deux choses très différentes.

  4. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    4 octobre 2009 10:27

    Vous avez peut-être raison sur le principe. Mais combien de jeunes aiment l’école ?

    C’est comme pour les adultes : combien aiment les légumes ? Si ils aimaient tant que cela les légumes, pourquoi ce matraquage sur Mangez cinq fruits et légumes par jour ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :