Skip to content

Selon que vous serez puissants ou misérables ….

28 septembre 2009

« J’….avais 13 ans. J’étais en quatrième cette année-là, quand ….. il a abusé de moi. Ce n’était pas du sexe consenti, en aucune façon. J’ai dit non, de manière répétée, mais il ne voulait rien entendre. J’étais seule, et je ne savais pas quoi faire. J’avais peur et, avec le recul, j’avais la chair de poule (…) C’est dur de se souvenir exactement de tout ce qui s’est passé.
…..Quand je repense à tout ça, il ne fait aucun doute que ce qu’il a fait était horrible. C’était une chose horrible à faire à une petite fille. Mais ….. la publicité qui entoure cette affaire m’a tellement traumatisée que ce qu’il [Polanski] m’a fait me semble pâle en comparaison (…).
….Les gens ne savent pas avec quelle injustice j’ai été traitée par la presse. Je me suis sentie violée ! ….. La seule chose qui m’inquiète, c’est que ce qui m’est arrivé en 1977 continue à arriver à des filles tous les jours. Mais si les gens s’intéressent à moi, c’est parce que M. Polanski est une célébrité. Je ne trouve pas ça juste. Il y a certainement d’autres personnes à qui cela pourrait vraiment servir. »

Voilà ce qu’a dit la victime de Roman Polanski en 2003 une interview au Los Angeles Times.

Il y a donc eu viol. D’ailleurs Polanski l’a reconnu dans le système du plaider coupable américain. Puis Polanski, riche et célèbre, a quitté les Etats Unis pour ne pas avoir à répondre de ses actes quand il s’est aperçu qu’il risquait néanmoins la prison.

Comme cette affaire intéressait aussi la presse, l’enfant la jeune fille et sa famille ont même dû quitter leur région pour aller vivre ailleurs, tranquilles autant que possible et continuer à vivre.
Ainsi, non seulement cette jeune fille a subi une grave atteinte à son intégrité physique et psychologique. Sa famille aussi.

Pendant ces 30 dernières années, la justice américaine n’a pas renoncé à poursuivre le violeur qui, lui, a bien pris garde de mettre ne serait-ce qu’un orteil aux USA. Je ne ferai pas un cours complet sur la prescription dont vous pourrez lire sur le blog de Maître Eolas tous les éléments purement techniques.

En revanche je peux veux rappeler que l’idée de prescription a été inventée pour deux raisons essentielles : si ceux qui doivent agir contre un acte ne le font pas pendnt un certain temps, c’est que ce n’était pas si important pour eux et dans ces conditions il n’est pas bon de modifier une situation qui s’et créée au cours du temps. Selon la gravité du fait en question, la prescription est plus ou moins longue. En France, un an pour un excès de vitesse, 3 ans pour un vol, 10 ans pour un crime, voire pas de prescription pour les crimes contre l’humanité.

Mais quand les victimes démarrent l’action avant que le délai de prescription ne soit écoulé mais que celle-ci ne peut aboutir parce que l’auteur se débrouille pour y échapper (fuite ou difficultés à l’identifier) alors, chaque acte de l’action entreprise interrompt la prescription qui recommence à courir de zéro à partir de chaque acte en sorte que la circonstance d’être riche ou malin ne puisse profiter à l’auteur d’une exaction.

Donc, rien de choquant à l’interpellation Roman Polanski ce week end.

Ce qui me choque c’est que, pour je ne sais quelles raisons, il n’ait pas été arrêté avant.

Ce qui me choque c’est que, pour je ne sais quelle raison, des gens soient choqués. Des inconnus mais aussi des célébrités politiques ou du monde des arts. Ni la célébrité, ni la prétention à la qualité d’artiste ne doivent constituer des circonstances atténuantes ou pire encore des causes exonératoires.

Edit : parmi les artistes, Costa-Gavras, Wong Kar-wai, Fanny Ardant, Ettore Scola, Marco Bellocchio, Giuseppe Tornatore, Monica Bellucci, Abderrahmane Sissako, Tony Gatlif, Pierre Jolivet, Jean-Jacques Beineix, Paolo Sorrentino, Michele Placido, Barbet Schroeder, Gilles Jacob et Bertrand Tavernier, sont les premiers à signer une pétition pour la remise en liberté immédiate de Polanski.

Publicités
11 commentaires leave one →
  1. marion permalink
    29 septembre 2009 12:16

    Mais je croyais avoir entendu dire que la jeune fille avait abandonné les poursuites?
    Si elle ne souhaite pas que cette affaire soit jugée et que Polanski paie sa dette, quel est l’intérêt de le poursuivre?

  2. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    29 septembre 2009 15:22

    Ah oui ? Alors on vous viole, on vous harcèle pour que vous ne déposiez pas plainte et vous êtes contente ?

    Ou alors version Michael Jackson : je viole, je paie. Je suis tranquille. Youpi. Je recommence.

    Non. Le droit de poursuite appartient à la société et non pas aux victimes (sauf dans certains délits très particuliers). Heureusement. C’est un grand progrès de la civilisation par rapport à « oeil pour oeil, dent pour dent »

    Qu’elle n’ait plus voulu entendre parler de cette affaire, on peut la comprendre. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour le laisser tranquille.

  3. 29 septembre 2009 16:31

    en effet, cette jeune fille a vécu un enfer médiatique après les faits… la presse à scandale parlait d’elle comme d’une fille facile, ou voulait des détails…
    OK, la victime a 45 ans maintenant, elle a fait sa vie et ne s’est pas suicidée.
    Cela n’empêche que Polanski a commis un crime, et qu’il n’a scandaleusement jamais purgé de peine (la fuite…tu m’étonnes qu’il ait eu peur de la prison… là-bas les violeurs d’enfants n’y sont pas les mieux « traités », je dirais).
    Le droit doit s’appliquer. C’est la société qu’il faut protéger, et lorsqu’on commet un crime, on doit être puni (sinon, où va-t-on?)

    Si les arrangements entre victime et bourreau devaient tout « arranger », notre société et le respect des lois seraient bien fragiles…
    N’oublions pas que la victime avait 13 ans, que son violeur avait 45 ans…
    Impossible de nous faire croire qu’elle n’a pas été contrainte!
    Si le juge a décidé de poursuivre Polanski pendant des années, ce n’est pas du « harcèlement de malheureux cinéaste »… c’est plutôt qu’il fait son métier, non?

  4. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    29 septembre 2009 17:23

    EXACT – EXACT – EXACT.
    Je ne le répèterai jamais assez.

    Heureusement qu’elle n’est est pas morte ni physiquement ni psychologiquement mais je ne vois pas non plus en quoi le fait qu’elle ait apparemment aujourd’hui une vie normale pourrait excuser ce qu’il a fait !

    Et même moi, la catho de service, qu’elle lui pardonne, si elle le peut, je la comprends car ce pardon lui appartient à elle et je crois d’ailleurs que c’est le seul moyen de continuer à vivre, mais que la justice ou des « artistes » lui pardonnent. Et puis quoi, encore ?!?

    Je relèverai en outre que sur les premiers signataires de la pétition, il n’y a que deux femmes dont je me demande comment elles peuvent faire cela ! Quant aux hommes, serait-ce qu’ils ont fait la même chose et que l’idée que le droit et la justice s’appliqueraient aussi aux artistes leur serait insupportable ?!?

  5. marion permalink
    29 septembre 2009 17:44

    C’est sur que les signataires de la pétition sont crétins, je vois pas en quoi ça les regarde de toute façon.

    Mais pour l’autre partie du sujet, je me met à la place de la victime : devoir témoigner à un procès, répondre aux journalistes, ressortir toute cette horreur alors qu’elle-même a tourné la page, est-ce que ça va pas la faire souffrir une fois de plus?
    Je veux dire on pourrait peut-être trouver autre chose : la victime souhaite surtout que la même chose n’arrive pas à d’autres, et que la souffrance d’autres victimes soit aussi prise en compte. On pourrait aussi demander à Polanski de verser régulièrement des fonds à une association qui prend en charge les femmes maltraitées, de participer avec ses propres fonds à la réalisation d’un film pour sensibiliser les gens sur ce sujet, etc…
    Mettre un vieillard en prison 30 ans après les faits, est-ce vraiment la meilleure solution?

  6. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    29 septembre 2009 18:11

    Vous êtes-vous posé la même question à propos de Klaus Barbie, Bousquet, etc.

    ou plus récemment Madoff ?

  7. marion permalink
    29 septembre 2009 18:14

    Non mais je me suis posé la même question il y a 15 jours au sujet de l’intégriste qui a ruiné au sécateur quatre années d’expérimentation d’un projet extrêmement novateur et participatif à l’INRA de Colmar.
    Malheureusement je persiste à penser que la prison n’est pas forcément la solution adéquate.
    Mais ce n’est qu’une réflexion, je n’ai que 24 ans, je peux avoir tout à fait tort, et je comprend tout à fait la révolte qu’inspire cette histoire.

  8. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    29 septembre 2009 19:36

    D’abord, je voudrais vous féliciter pour votre goût de la réflexion, votre volonté de comprendre, votre capacité d’analyse. Si toute votre génération était comme vous ou comme PEG et Marie, la vie serait belle.

    Ensuite, je comprends votre réticence à l’égard de la prison qui ne résout pas le problème des délinquants. Elle présente toutefois deux avantages :

    1 – donner aux victimes l’impression que leur douleur est prise en compte et que les auteurs de leur souffrance sont punis

    2 – pendant qu’ils sont en prison, ils ne recommencent pas à agresser la société.

    D’un point de vue moral, à titre personnel, je suis partisance d’une sanction qui soit la conséquence des actes malfaisants. Les parents punissent leurs enfants qui désobéissent, c’est l’apprentissage de la vie sociale et il est légitime pour la paix sociale que des exactions comportent des punitions.

    Et il y a autre chose d’important : si en étant malin ou riche on parvient à détourner de soi les foudres de la justice pendant suffisamment de temps, et qu’on peut échapper alors aux conséquences de ses actes, est-ce vraiment juste ?

    Maintenant, reste le choix de la punition : fouetter en place publique ? castrer les agresseurs sexuels ? prendre de l’argent aux riches, mais alors que prend-on aux pauvres ? leur vie ? leur famille ? leur liberté ? (Bienvenue Polanski, t’es riche : on te prend du fric seulement)

    Pour votre intégriste, on lui fait pousser des plantes dans l’estomac ?

    La prison, c’est comme la démocratie, c’est pas terrible mais je crois qu’on n’a pas encore trouvé mieux.

  9. marion permalink
    29 septembre 2009 21:58

    moué vous avez sans doute raison… mais bon on a rien à perdre à réfléchir à quelque chose de mieux quand même !
    🙂

Trackbacks

  1. Des nouvelles de Roman Polanski « Pourquoi se compliquer la vie ?
  2. Des nouvelles de …. Polanski (2) « Pourquoi se compliquer la vie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :