Skip to content

Le principe de précaution devrait se chopper la grippe !

9 septembre 2009

Il y a deux trois jours déjà (désolée, trop de travail), je me moquais gentiment (peut-être trop) des mesures de précaution préconisées par le gouvernement français et par les suisses.
Il faut dire que la grippe aviaire qui a touché en 2006, conformément aux prévisions du gouvernement, de 9 à 20 millions de personnes en France, nous a permis de tirer les conséquences de notre imprévision d’alors :

– les hopitaux ont été débordés, et les malades qui n’y mouraient pas de la grippe, y mouraient faute de soins, tout le personnel soignant étant consigné chez lui, pour ne pas transmettre la grippe aux malades déjà fragilisés des hopitaux,

– les entreprises ont arrêté de fonctionner : les salariés malades pas là, et les pas malades pas là non plus pour ne pas tomber malades, et de toute façon sans clients pour les mêmes deux raisons,

– les prisons vidées : la promiscuité ayant entraîné une mortalité totale des détenus, ce qui a permis aux gardiens d’être consignés chez eux pour ne pas transmettre à d’autre la grippe carcérale aviaire.

Bref, la France bloquée, sauf
1 – la presse qui racontait le blocage, ses journalistes affrontant courageusement le virus pour nous raconter comment les autres en mouraient ou s’en protégeaient,
2 – le corps législatif qui continuait à faire des lois dès fois que la grippe aurait laissé survivre quelques sujets de droit
3 – le corps des impôts qui continuait à recouvrer les amendes et autres impôts
4 – le gouvernement qui courageusement, affrontait le virus, pour prendre les mesures qui s’imposaient.

Au bout du compte, nous avons survécu quand même, mais il y a eu des dégâts qui ne doivent pas se renouveler pour cette grippe-ci. Non mais.

Donc cette fois-ci, les entreprises doivent se préparer à ne pas fonctionner : on prévoit 40 % d’absentéisme. La RATP et la SNCF l’ont déjà fait.

Madame ALLIOT MARIE vient de proposer son plan pour la justice.
Comme il n’est nul besoin d’être avocat, ou magistrat, ou étudiant en droit pour apprécier le blog de Maître Eolas, je le feuillette régulièrement et ne peux résister au plaisir de vous y renvoyer.

Eolas et ses commensaux ont raison : la justice n’a pas besoin de la grippe A H1N1 pour être grippée. Nous le savons tous.

Le législatif doit lui aussi prendre des mesures pour se protéger plus et mieux que pas son absentéisme. L’idéal d’ailleurs serait qu’ils restent chez eux car nos hommes politiques qui ne cessent de serrer des mains sont quand même parmi les meilleurs porteurs du virus ! Ils sont dangereux et il faut les enfermer qu’ils restent chez eux. On ne leur en voudra pas, c’est promis.

Quant au Président de la République, une grippe A pourrait lui être fatale, son malaise vagal a créé un terrain favorable. Il sera enfermé dans l’abri anti-atomique de l’Élysée, jusqu’à ce que plus aucun virus ne circule sur la planète. Principe de précaution. Et comme les virus peuvent aussi être informatiques, toute voie de communication électronique vers l’extérieur sera coupée. La HADOPI sera en charge de l’exécution de cette mesure, prise sans intervention du juge au nom de la séparation des pouvoirs.

Surréaliste ?
Ben non.

Vous avez peur ?
de quoi ?
de la grippe ou du principe de précaution ?

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :