Skip to content

Comment tuer légalement sa femme ?

15 août 2009

D’accord, pour mes derniers jours de vacances, je pourrais faire plus gai.

Oui mais voilà, ce n’est pas moi qui décide. Faut rappeler que je suis une femme et que donc je ne décide pas grand chose !

Il parait que les talibans ne sont plus au pouvoir en Afghanistan. Sauf que il y a bientôt des élections, censées libres. Dans les élections « démocratiques », les candidats ont une certaine tendance à flatter les bas instincts des électeurs comme moins d’impôts, plus de sécurité, plus de travail, moins de chômage (grand thèmes favoris de nos élections occidentales depuis 40 ans !).
L’Afghanistan est un pays démocratique bien connu, si, si, d’ailleurs les femmes ont le droit de vote et dans la quarantaine de cadidats à cette présidentielle, il y a deux femmes!
En Afghanistan, pays démocratique c’est bien connu, si, si, d’ailleurs il y a beaucoup de chiites intégristes durs. Les talibans ont appelé au boycott de l’élection et comme ils sont aussi armés que déterminés, ils ne cessent de tuer ceux qui leur déplaisent (200 morts entre le 1er juillet et le 8 août). La ligne dure des chiites intégristes représente 20 % de la population. L’Afghanistan est un pays de tribus clans et chacun vote comme le dit le chef du clan.
Ceci explique cela.

Et donc, le président Harmid Karzaï, qui avait déjà essayé au printemps dernier d’obtenir leurs faveurs, vient de faire passer (le 27 juillet 2009) une loi qui :
– autorise les maris à priver leurs épouses de nourriture et de soins si elles refusent leurs exigences sexuelles,
– confie automatiquement la garde des enfants à leurs pères ou grand-pères
– épargne des poursuites à un violeur s’il paie « le prix du sang » à la victime si elle a été blessée (étant entendu que le viol par lui-même n’est pas une blessure).

Donc, je récapitule :
– les femmes ont le droit de vote (mais pas le droit de sortir sans l’autorisation de leurs maris ou pères ou frères)
– une femme violée et blessée en plus peut réclamer le « prix du sang » au violeur (mais ayant eu des relations sexuelles hors mariage, elle se fait lapider)
– un mari peut priver sa femme de nourriture et de soins au prétexte qu’elle se refuse à lui parce que, de vous à moi, comment prouver si c’est vrai ou pas ?

L’horreur est évidente.

Publicités
One Comment leave one →
  1. maxime permalink
    13 mars 2015 14:12

    cool

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :