Skip to content

Elisabeth Badinter, féministe ou pas ?

14 février 2010

Elisabeth Badinter, née Bleustein-Blanchet est l’une des rares femmes qui préside un conseil de surveillance d’une grande entreprise, Publicis. Parce qu’elle a hérité. Marcel Bleustein Blanchet n’a eu que des filles, donc il était normal que ce soit une fille qui prenne la présidence de ce conseil. Ce n’est donc même pas par un féminisme la poussant à montrer que les femmes peuvent le faire, mais parce qu’elle est née avec une cuiller d’argent à la bouche,  et qu’elle n’avait pas de frère, qu’elle a cette fonction.

Elle a eu trois enfants, probablement sans le faire exprès et en tout cas avec légèreté pour reprendre son expression. 

Elle s’intitule féministe et nombre de féministes la contestent. Dont moi.

Il y a probablement autant de féminismes que de femmes mais on peut quand même classer les féministes en trois sortes :

  • celles qui pensent, comme Elisabeth Badinter, que hommes et femmes sont pareils, c’est-à-dire semblables, identiques, égaux par similitude
  • celles qui pensent, à la suite de Cécile Renooz que les femmes sont supérieures aux hommes, que le principe féminin est spirituel, guidé par des sentiments et des intuitions élevés, alors que le principe masculin, uniquement sensuel, est esclave de ses pulsions. Dès lors, il appartient aux femmes de diriger l’humanité pour la sauver.
  • celles qui pensent (comme moi) qu’hommes et femmes sont différents, ce qui ne signifie pas un inférieur et un supérieur, et que la prééminence d’un sexe sur l’autre est mauvaise pour les deux sexes.

A la suite, il ya bien entendu des militantes, Chiennes de garde, Ni Putes ni soumises, Planning familial, Prochoix, La Meute, Du Côté des filles, Fierté lesbienne, SOS-violences sexuelles, etc. Elles se situent sur l’une ou l’autre de ces tendances et le lien que j’ai mis en donne une liste très complète selon les sujets de prédilection de ces mouvements, organismes et associations.

Elisabeth Badinter est une brillante intellectuelle. Par là j’entends qu’elle trouvera toujours le moyen de démontrer ce qu’elle veut démontrer, que ce soit vrai ou faux.

C’est comme cela, toujours dans l’idée qu’hommes et femmes sont pareils et pour mettre dans le même sac la fonction procréatrice de l’homme et de la femme, elle a voulu démontrer que ce qu’on appelait « instinct maternel » était une création culturelle et non pas une réalité physiologique. C’était dans L’amour en plus : histoire de l’amour maternel. A la suite de Simone de Beauvoir, elle démontre que c’est la société machiste judéo-chrétienne qui crée la mère par confinement des femmes dans ce rôle et qu’il n’y a donc en réalité aucun fondement naturel et biologique pour expliquer le comportement maternel.

A ceux qui lui objectent que toutes les femelles mamifères ont un instinct maternel qui fait qu’elles nourrissent, surveillent et éduquent leurs petits, elle rétorque que la femme n’est pas un chimpanzé ! On peut parfois se dire que c’est peut être dommage ;), sous le lien un post très drôle de Nous les primates.

Sarah Blaffer Hrdy,  anthropologue et primatologue, membre de l’Académie des Sciences explique au contraire

La réalité c’est qu’au cours de la grossesse, se met en place une chaîne de changements physiologiques considérables et qu’à la naissance, des neurotransmetteurs comme l’ocytocine sont libérés, qui favorisent la transformation de la mère. Si elle se trouve dans un contact intime et prolongé avec ce petit étranger sorti d’elle, ses circuits neuronaux se modifient et l’encouragent à répondre aux signaux et aux demandes émis par son enfant. Une fois que la mère commence à allaiter (dans les 70 heures environ suivant la naissance) et que le bébé stimule ses tétons, elle devient encore plus nourricière. 

 L’expérience aussi joue un rôle important pour «l’apprentissage de mère», comme c’est le cas pour tous les primates, mais surtout pour l’espèce humaine. Pour des raisons profondément liées à l’évolution, les réponses maternelles de la femelle humaine sont dépendantes du contexte social et particulièrement du soutien qu’elle va recevoir au non. On observe que les femelles humaines ont besoin d’un soutien plus important que tout autre mammifère. Et il ne faut pas oublier que bon nombre des femmes «abandonnantes» sur lesquelles Badinter a disserté de manière très virulentes, ces mères qui au XVIIIème siècle donnaient leurs enfants à de vagues nourrices, étaient éloignées de leur bébé juste après la naissance. On ne laissait presqu’aucune d’elles s’occuper de son nourrisson.

De plus, si vous envisagez la longue histoire de l’évolution humaine comme une sorte de coopérative de maternage – qui incluent pères, mères, oncles, grands-mères, frères et sœurs plus âgés- où chacun aide la mère à s’occuper du petit et à le nourrir, vous réalisez qu’une mère qui manque d’un tel support social n’a aucune chance d’élever ses enfants avec succès. L’abandon à la naissance était donc une réponse parfaitement naturelle pour les femmes privées de soutien. Proclamer que ces femmes n’ont pas d’instinct maternel parce que dans de telles conditions – arrachement du bébé à la naissance et manque de soutien- le lien avec l’enfant ne s’est pas mis en place, c’est mal interpréter les réalités biologiques complexes de l’amour maternel et l’ambivalence de l’espèce humaine.

Je ne suis pas certaine que démolir ainsi l’instinct maternel soit un vrai progrès pour les femmes. De plus, l’instinct dans sa phase physiologique ne dure que quelques mois. Après l’amour maternel prend le relai.

Et l’amour maternel doit amener les mères à éjecter leurs enfants, c’est-à-dire leur apprendre l’autonomie et l’indépendance.

De la même manière aujourd’hui, tenter de faire croire aux mères que leur présence n’est pas indispensable à leurs petits, est destructeur. A leurs petits. Quand les enfants grandissent, au contraire, ils doivent apprendre à se séparer de leur mère mais ils l’apprennent d’autant plus aisément qu’ils ont eu leur mère près d’eux tout petits.

Dans ces deux livres, elle commet la même erreur : considérer qu’un enfant de quelques mois et un adolescent ont les mêmes besoins, que l’instinct maternel après la naissance perdurerait jsuqu’au mariage des enfants et que rester auprès de ses enfants doit durer jusqu’au mariage des enfants et interdit en conséquence toute carrière !

C’est vrai qu’Elisabeth Badinter n’a pas besoin de travailler pour vivre, qu’elle vit très bien grâce à toutes les publicités sexistes commises par son entreprise et qu’elle n’est pas à la recherche d’une autojustification en proclamant urbi et orbi que les femmes ne se réalisent que par le travail.

Reste plus qu’à faire avaler cela à toutes les femmes que Florence Aubenas a cotoyées pour écrire son Quai de Ouistreham. Je suis certraine que toutes préfèreraient vivre à la maison avec deux enfants (ou plus) et un mari qui travaille !

Alors, Elisabeth Badinter, féministe ?

En plus, dans sa recherche éperdue de démonstration qu’hommes et femmes sont pareils, aux violences commises aux femmes, elle répond « À vouloir ignorer systématiquement la violence et le pouvoir des femmes, à les proclamer constamment opprimées, donc innocentes, on trace en creux le portrait d’une humanité coupée en deux peu conforme à la vérité. D’un côté, les victimes de l’oppression masculine, de l’autre, les bourreaux tout-puissants»

Alors, Elisabeth Badinter, féministe ?

About these ads
18 commentaires leave one →
  1. nabokov permalink
    15 février 2010 11:52

    Excellent article. Je partage totalement votre analyse du féminisme. Mère d’un enfant et en attente d’un second, docteur et chercheuse, j’ai allaité dix-huit mois, et compte le faire à nouveau (sans soutien de la société d’ailleurs, à l’inverse de ce que semble pourtant croire E. Badinter qui s’inquiète des 70% de femmes allaitantes à la maternité contre 15% dans les années 70- elle néglige le taux d’abandon rapide) et suis scandalisée par les classifications caricaturales et hâtives d’une supposée intellectuelle (de qui on attendrait par conséquent une maîtrise de la nuance, mais c’est vrai qu’on est dans la pub) et sa méconnaissance de ce qu’elle attaque ou défend. On pourrait en dire autant d’ailleurs de son rapport à l’écologie qu’elle réduit à un retour à la nature alors que les préoccupations de l’écologie politique actuelle sont plus économiques que philosophiques ou idéologiques (tendance hippies).

  2. 15 février 2010 12:00

    j’ai commandé le bouquin, je crois que ça va me permettre de savoir mieux de quoi en parle.
    est-ce qu’Elisabeth Badinter est féministe? Je crois, oui.
    Moi aussi, elle me contrarie sur pleins de sujet. Elle ne laisse pas indifférente, ça, c’est sûr.

    Mais tout d’abord; je pense que lui reprocher d’être une héritière de Publicis, donc une privilégiée, est un peu facile. On ne peut lui enlever ses qualités d’intellectuelle, comme vous dîtes, quel que soit son parcours.
    Et tout comme on peut être riche et avoir des idées de gauche, être un homme et comprendre les femmes, être vieux et soutenir les jeunes, on peut être héritière et féministe, non?

    ensuite, je trouve la thèse de l’Amour en Plus passionnante et intéressante. Je ne dis pas que je suis en total accord avec son point de vue, peut-être trop radical… mais je trouve la démarche positive, car elle permet aux femmes de s’échapper de la loi de la nature, de se différencier des femelles, pour affirmer leur libre arbitre.
    On parle d’instinct, dans le règne animal, concernant des comportements que l’on retrouve, chez tous les membres d’une expèce, SANS EXCEPTION.
    C’est vrai qu’il y a tout un tas de phénomènes hormonaux qui se mettent en marche avec la grossesse, l’accouchement, l’allaitement, qui font que l’humain est parfois un animal comme les autres.
    Mais nombre de jeunes accouchées n’ont pas les gestes, les réactions, qui leur viennent naturellement! Et toutes réagissent à leur façon… je ne crois pas que ce soit si homogène que ça.
    Sans références, exemples d’autres femmes, et là je parle aussi personnellement, les femmes ont bien du mal à savoir comment donner le sein, comment laver le bébé, comment s’en occuper concrètement, les premières heures!
    Même si, bien sûr, les jeunes mères ont des ressources incroyables en elles qui leur permettent d’y arriver, je ne trouve pas idiot qu’on questionne cette idée d' »instinct ».

    Toutefois, comme vous, je ne crois pas qu’il soit bon de nier totalement ce côté naturel, la spécificité de la maternité, les différents stades par lesquels passent la mère et son enfant.
    Comme vous, je ne vois pas l’intérêt d’être fière d’avoir été « une mère médiocre » (c’est elle qui le dit), ou de faire des enfants à la légère.
    Féministe ou pas, lorsqu’on donne la vie, c’est que , quelque part, on est consciente qu’une autre personne va passer avant nos besoins, va demander de l’attention et du soin. Ce bébé n’est pas un instrument du patriarcat, comme le dit Badinter, pour soumettre la mère, et contre lequel il faudrait se battre!
    Cette idée que la mère ne devrait pas s’effacer devant son bébé, devrait continuer à revendiquer je ne sais quoi de féministe, pendant les jours suivant la naissance, me parait bien théorique et idéologique, sans aucun apport positif pour l’enfant.

    En cela, je comprends votre question. Est-ce que c’est vraiment vouloir le bien des femmes que de leur ôter leur spécificités?
    Badinter, en cela, culpabilise et gène la plupart des jeunes mères qui éprouvent un réel plaisir, presque animal, à donner la vie et à s’occuper le mieux possible de leurs petits.
    Parce que, justement, c’est de LEURS enfants dont elles s’occupent, et pas de n’importe quels enfants. Et ça change tout.
    J’ai parfois l’impression que Badinter n’est pas honnête quand elle parle d' »élévage » d’enfants, de corvées. La plupart des femmes, (contrairement à elle?) prennent l’éducation de leurs enfants aux sérieux, et ça ne me parait pas nécessairement dangereux pour qui que ce soit, bien au contraire.

    on verra après la lecture, donc…

  3. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    15 février 2010 16:44

    Volontiers, après la lecture …

    Pour ce qui est de l’instinct chez l’animal, comme chez l’homme, il y a des ratés, il peut y avoir des exceptions : des lionnes qui refusent leurs petits, des éléphantes qui adoptent celui d’une autre…

    Je ne dis pas que l’instinct donne aux mère la conaissance pour s’occuper leurs petits, mais le désir de s’en occuper. Et bien entendu, l’instinct n’interdit pas l’apprentissage …. Une mère est plus à l’aise avec son 3ème petit qu’au 1er.

  4. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    15 février 2010 16:49

    @UneChambreàMoi

    Vous avez raison aussi : on peut être riche et de gauche, être un homme et comprendre les femmes,etc.

    Ce que je lui conteste surtout, c’est d’être féministe et de laisser son entreprise faire des trucs sexistes. Qui sait, si elle tapait un grand coup sur la table, peut-être qu’on pourrait faire des pubs de lessive non sexistes …

  5. 1 mars 2010 02:34

    ce que je cherchais, merci

  6. BORIE permalink
    14 juin 2013 18:51

    je m’inquiète un peu de l’arrivée très opportune de ce débat sur la mère instinctivement maternante … ou pas, je m’en inquiète car il vient curieusement à la suite des débats passionnés sur la PMA, GPA et autres, introduits de façons tout à fait artificielle par les opposants au « mariage pour tous »…. alors pourquoi est ce que j’ai l’impression de retrouver dans quelques phrases de l’article et des commentaires,; des arguments sur le rôle primordial de la mère dans la construction du nourrisson ????? je m’interroge vraiment sur l’ambiguité de certains propos….

  7. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    14 juin 2013 19:45

    @Borie

    Bonjour.

    Elisabeth Badinter a publié son livre L’amour en plus, histoire de l’instinct maternel en 1980. Il a été réédité à l’occasion de la sortie en 2010 de son livre Le conflit, la femme et la mère.
    J’ai quant à moi écrit ce post le 14 février 2010, soit trois ans avant le débat de cette année sur la GPA PMA. Tout cela est donc bien antérieur.

    Je ne retire toutefois pas un mot de ce que j’ai écrit il y a trois ans.

    Le débat de cette année a surtout montré la monstrueuse capacité d’égoïsme des adultes qui peuvent torturer les idées pour justifier les leurs et faire dire à la science des vérités définitives qu’elle est bien incapable d’énoncer.

    Alors oui, si vous pensez qu’un enfant ne souffrira pas en quittant sa mère (porteuse) pour se retrouver dans une toute autre famille et si vous craignez que la loi sur le mariage homosexuel en ce qu’elle permet la gestation pour autrui soit un jour abrogée, je comprends que vous soyez inquiet.

    Il y a 30 ans, les intellectuels se battaient pour la sexualité des enfants, c’est-à-dire en réalité pour la reconnaissance de leur propre perversité. Aujourd’hui c’est redevenu ce que c’est : un crime. Aujourd’hui, on sait que ce qui est fait aux enfants pour le plaisir des adultes pourrit la vie adulte de ces enfants.

  8. BORIE permalink
    14 juin 2013 20:33

    peut-être, mais à contrario, je ne pense pas que vivre uniquement en fonction des attentes supposées (par nous!) d’un enfant, soit une bonne chose. Vous risquez de vous retrouver devant un monstre d’égoïsme…. alors entre l’égoïsme d’une mère et celui de son enfant, où est le « bien » où est le « mal » ???
    Quand à la souffrance de l’enfant séparé de sa mère à la naissance pour se retrouver dans un foyer aimant et qui se sera battu pour lui….. là aussi rien ne vient étayer cette affirmation et la science n’a rien démontré de tel.

  9. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    14 juin 2013 20:57

    … alors cela doit être pour ça que les services de réa néonatale font venir les parents pour toucher et parler aux enfants prématurés ….

    Quant au foyer aimant qui se sera battu pour AVOIR un enfant, c’est ce que je disais : des adultes qui pour satisfaire leurs envies, font fabriquer à toute force, voire à tout prix, un être humain.

    On ne sait pas si l’adoption d’un enfant fait du bien à l’enfant, mais à coup sûr cela résout la souffrance des parents adoptants.

    Personnellement, je trouve qu’utiliser un être humain pour souffrir moins est toujours de l’égoïsme. Après la dialectique, l’intelligence, les slogans permettent de faire croire que cet égoïsme n’en est pas. Mais ce n’est pas vrai. C’est de la manipulation.

  10. BORIE permalink
    14 juin 2013 21:53

    évidemment qu’1 enfant,, BB, ou préma à + forte raison, a besoin de tendresse, de paroles aimantes, de gestes chauds, de touchers réconfortants…. quant à dire que ce doit forcément être les parents, c’est un peu réducteur non? il y a des milliers d’exemples d’enfants épanouis grâce à la tendresse d’autres que leurs parents biologiques ! je préfère voir un enfant adopté et heureux qu’un enfant battu, violé ou même assassiné par ses parents biologiques .
    Faire un enfant pour qui ? jamais pour l’enfant en tous cas ! si on avait un tant soit peu de bon sens et d’amour des enfants, on n’en ferait pas pour leur éviter le monde dans lequel on vit !

  11. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    15 juin 2013 07:01

    et il y a aussi des millions d’enfants heureux avec leurs parents biologiques et malheureusement, il rare que les enfants adoptés soient heureux …..
    Je pense comme vous qu’il vaut mieux qu’un enfant abandonné par ses parents biologiques soit adopté.

    Ce que je conteste c’est de faire faire un enfant pour qu’il soit
    1 abandonné et
    2 recueilli

    Je ne suis pas contre l’adoption mais contre l’abandon.

  12. BORIE permalink
    15 juin 2013 09:09

    Mais qu’est ce qui vous permet de dire qu’il est rare qu’1 enfant adopté soit heureux ????
    Vous avez des statistiques fiables ? moi je connais des dizaines de cas d’enfants adoptés qui sont aujourd’hui des adultes parfaitement équilibrés.

    Ce n’est pas l’adoption qui rendrait, si tel était le cas, les enfants malheureux, mais plutôt les conditions dans lesquelles se fait aujourd’hui l’adoption : longueur des délais d’attente qui fait qu’il est très rare de pouvoir adopter des nourrissons, lenteur des services administratifs d’aide à l’enfance (avec cette vieille idée ridicule qu’1 enfant est toujours mieux avec ses parents biologiques même s’il est maltraité) qui font que quand les enfants sont retirés à leurs parents, il est souvent trop tard pour les récupérer car ils sont brisés à jamais….

    Vous connaissez les statistiques d’enfants qui meurent chaque année de maltraitance ? curieux c’est toujours dans leurs familles biologiques que ça se passe et non dans les familles adoptantes !
    Ras le bol de ces idées reçues selon lesquelles les parents biologiques sont meilleurs parents que les autres…

  13. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    15 juin 2013 10:06

    Ah ben alors …. si vous, vous connaissez

  14. pourquoisecompliquerlavie permalink*
    15 juin 2013 10:10

    et ceux-là n’existent pas http://www.lesadoptes.org/

    Ce sont justement les adoptés qui refusent de n’être vus que du point de vue des adoptants !

    Mais clairement, vous et moi ne partageons pas votre avis.

  15. BORIE permalink
    15 juin 2013 11:12

    exact, je crois que nos points de vue sont inconciliables….

  16. BORIE permalink
    20 juin 2013 08:07

    ah oui j’ai retrouvé les stats…. : 2 enfants par jour meurent de maltraitance du fait de leurs parents biologiques.

  17. Min permalink
    12 août 2013 23:49

    Borie, bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :